Gentoo Logo

Guide d'installation rapide de Gentoo Linux x86

Table des matières :

1.  Introduction

Ce guide contient toutes les commandes nécessaires à une installation de Gentoo à partir d'une archive d'étape 3. Vous avez besoin d'une connexion à Internet pour télécharger l'archive d'étape 3 et l'instantané de Portage.

Important : les nouveaux utilisateurs devraient lire le Manuel qui donne une meilleure vue d'ensemble du processus d'installation. Le guide d'installation rapide est destiné aux utilisateurs expérimentés qui ont juste besoin de suivre une liste de tâches.

Les commandes nécessitant plus de quelques secondes pour être réalisées sont suivies du temps nécessaire à leur exécution. Ces commandes ont été chronométrées sur un AMD 2000 1.66Ghz avec 512 Mo de RAM et deux disques SATA connectés à un contrôleur matériel.

Exemple de code 1.1 : caractéristiques de la machine de test

(Les caractéristiques suivantes et les informations de chronométrage
devraient vous aider à estimer le temps nécessaire pour terminer votre
installation)

# grep bogo /proc/cpuinfo
 bogomips       : 3337.81

# hdparm -tT /dev/sda
 /dev/sda:
  Timing cached reads:   1100 MB in  2.00 seconds = 549.97 MB/sec
  Timing buffered disk reads:  224 MB in  3.01 seconds =  74.36 MB/sec

# grep MemTotal /proc/meminfo
 MemTotal:       509248 kB

2.  Guide d'installation rapide

Média pour l'installation

Téléchargez un CD à partir de l'un de nos miroirs. Vous trouverez l'image ISO du CD d'installation minimal dans releases/x86/current-iso/. Le CD d'installation minimal ne sert que pour l'installation par le biais d'Internet. Ce guide utilise le CD d'installation minimal.

Gravez puis démarrez depuis le CD.

Démarrage depuis le CD

Appuyez sur F2lorsque s'affiche l'écran de démarrage afin de voir quelles sont les options de démarrage disponibles. Vous pouvez soit démarrer gentoo soit gentoo-nofb, ce dernier désactive le framebuffer. Si vous avez démarré depuis le LiveCD, n'oubliez pas d'ajouter l'option nox pour empêcher l'environnement graphique X de démarrer. De nombreuses options activent ou désactivent différentes fonctionnalités. Si tout se passe bien, votre matériel sera détecté et tous les modules seront chargés. Si le noyau ne parvient pas à démarrer proprement ou si votre ordinateur plante durant la procédure de démarrage, vous devrez peut-être tester différentes configurations. La façon la plus sûre de procéder est probablement d'utiliser l'option nodetect et ensuite de charger manuellement les modules requis.

Exemple de code 2.1 : démarrer avec le CD d'installation minimal

Gentoo Linux Installation LiveCD                     http://www.gentoo.org
Enter to Boot; F1 for kernels  F2 for options.
boot: gentoo-nofb
(ou en cas de problème)
boot: gentoo-nofb nodetect

Facultatif : chargement de modules

Si vous utilisez l'option nodetect, une fois démarré, chargez les modules nécessaires. Vous devez activer une connexion réseau et avoir accès à vos disques. La commande lspci peut vous aider à identifier votre matériel.

Exemple de code 2.2 : charger les modules nécessaires

livecd root # lspci
(Utilisez la sortie de la commande lspci pour identifier les modules nécessaires)

(Ceci est un exemple, adaptez-le à votre matériel)
livecd root # modprobe 3w-9xxx
livecd root # modprobe r8169

Configuration du réseau

Si votre réseau ne fonctionne pas déjà, vous pouvez utiliser net-setup pour le configurer. Vous devrez peut-être utiliser modprobe pour charger le support pour votre carte réseau avant de procéder à la configuration. Si vous avez une connexion ADSL, utilisez pppoe-setup et pppoe-start. Pour le support PPTP, éditez d'abord /etc/ppp/chap-secrets et /etc/ppp/options.pptp, puis exécutez pptp <server ip>.

Pour l'accès par réseau sans fil, utilisez iwconfig pour régler les paramètres, puis lancez net-setup à nouveau ou alors exécutez manuellement ifconfig, dhcpcd et/ou route.

Si vous êtes situé derrière un serveur mandataire (proxy), n'oubliez pas de préparer votre système avec export http_proxy, ftp_proxy et RSYNC_PROXY.

Exemple de code 2.3 : instructions pour configurer le réseau à la main

livecd root # net-setup eth0

Alternativement, vous pouvez démarrer la connexion réseau manuellement. L'exemple suivant attribue l'adresse IP 192.168.1.10 à votre PC et définit 192.168.1.1 comme votre routeur et serveur de noms.

Exemple de code 2.4 : configurer manuellement une connexion réseau

livecd root # ifconfig eth0 192.168.1.10/24
livecd root # route add default gw 192.168.1.1
livecd root # echo nameserver 192.168.1.1 > /etc/resolv.conf

Le CD d'installation vous permet de démarrer un serveur sshd, d'ajouter des utilisateurs supplémentaires, d'exécuter irssi (un logiciel de chat en ligne de commande) ainsi que de naviguer sur le web en mode texte avec links.

Facultatif : vous connecter à votre nouveau PC avec ssh

Le dispositif le plus intéressant est évidemment sshd. Vous pouvez le démarrer et vous y connecter depuis une autre machine et ainsi faire un copier-coller des commandes depuis ce guide.

Exemple de code 2.5 : démarrer sshd

livecd root # time /etc/init.d/sshd start
 * Generating hostkey ...
(sshd génère une clé et affiche différentes informations)
 * starting sshd ...                            [ok]

 real   0m13.688s
 user   0m9.420s
 sys    0m0.090s

Maintenant, initialisez le mot de passe root sur le liveCD de façon à pouvoir vous y connecter depuis un autre PC. Notez qu'autoriser à se connecter en tant qu'administrateur root via ssh n'est pas recommandé en temps normal. Si vous n'avez pas confiance en votre réseau local, utilisez un mot de passe long et complexe, vous ne devriez l'utiliser qu'une seule fois car il disparaîtra après votre premier redémarrage.

Exemple de code 2.6 : initialiser le mot de passe root

livecd root # passwd
New UNIX password: Saisissez un mot de passe
Retype new UNIX password: Saississez à nouveau le mot de passe
passwd: password updated successfully

Maintenant, vous pouvez démarrer un terminal depuis un autre PC et vous connecter à votre nouveau PC et ainsi suivre le reste de ce guide dans une autre fenêtre et faire des copier/coller des commandes.

Exemple de code 2.7 : vous connecter à votre nouveau PC depuis un autre PC

(Utilisez l'adresse IP de votre nouveau PC.)
$ ssh root@192.168.1.10
The authenticity of host '192.168.1.10 (192.168.1.10)' can't be established.
RSA key fingerprint is 96:e7:2d:12:ac:9c:b0:94:90:9f:40:89:b0:45:26:8f.
Are you sure you want to continue connecting (yes/no)? yes
Warning: Permanently added '192.168.1.10' (RSA) to the list of known hosts.
Password: Saississez le mot de passe

Préparer les disques

Utilisez fdisk ou cfdisk pour appliquer votre plan de partitionnement. Vous aurez besoin d'au moins une partition de mémoire virtuelle (type 82) et une partition Linux (type 83). Le scénario suivant crée une partition pour /boot, une pour la mémoire virtuelle et une pour la partition principale comme dans ce guide. Remplacez sda par votre disque. Beaucoup de systèmes ignorent l'option amorçable (bootable flag) mais certains en ont besoin. Placez cette option sur votre partition de démarrage avec la commande a de fdisk.

Exemple de code 2.8 : créer les partitions

livecd ~ # fdisk /dev/sda

(La suite de ce guide utilise le plan de partitionnement suivant)
livecd ~ # fdisk -l /dev/sda

Disk /dev/sda: 599.9 GB, 599978409984 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 72943 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes

Device    Boot      Start         End      Blocks   Id  System
/dev/sda1   *           1          12       96358+  83  Linux
/dev/sda2              13         110      787185   82  Linux swap / Solaris
/dev/sda3             111       72943   585031072+  83  Linux

Utilisez mke2fs, mke2fs -j, mkreiserfs, mkfs.xfs et mkfs.jfs pour créer les systèmes de fichiers sur vos partitions Linux. Initialisez votre partition de mémoire virtuelle avec mkswap et swapon.

Exemple de code 2.9 : créer le système de fichiers et activer la mémoire virtuelle

(Le système de fichiers ext2 est suffisant pour la partition /boot)
livecd ~ # mkfs.ext2 /dev/sda1

(Utilisons le système de fichiers ext3 sur la partition principale)
livecd ~ # mkfs.ext3 /dev/sda3

(Créer et activer la mémoire virtuelle)
livecd ~ # mkswap /dev/sda2 && swapon /dev/sda2

Montez les systèmes de fichiers fraîchement créés sur /mnt/gentoo. Créez les répertoires pour les divers points de montage (par exemple /mnt/gentoo/boot) et montez-les.

Exemple de code 2.10 : Monter le système de fichiers

livecd ~ # mount /dev/sda3 /mnt/gentoo
livecd ~ # mkdir /mnt/gentoo/boot
livecd ~ # mount /dev/sda1 /mnt/gentoo/boot
livecd ~ # cd /mnt/gentoo

Préparer l'archive d'étape

D'abord, assurez-vous que la date de votre système est correcte en utilisant date MMJJhhmmAAAA. Utilisez le temps UTC.

Exemple de code 2.11 : préciser la date et l'heure UTC

(Vérifiez l'horloge.)
livecd gentoo # date
Mon Mar  6 00:14:13 UTC 2006

(Préciser la date et l'heure actuelle, si nécessaire.)
livecd gentoo # date 030600162006 (Format : MMJJhhmmAAAA)
Mon Mar  6 00:16:00 UTC 2006

Ensuite, téléchargez une archive d'étape (stage) à partir d'un de nos miroirs :

Exemple de code 2.12 : télécharger une archive d'étape 3

livecd ~ # cd /mnt/gentoo
livecd gentoo # links http://www.gentoo.org/main/en/mirrors.xml
(Choisissez un miroir, allez dans le répertoire releases/x86/current-stage3/,
sélectionnez l'archive d'étape 3 (stage3) de votre choix, probablement l'archive i686 et appuyez
sur D pour la télécharger.)

(Ou télécharger-la directement avec wget sans choisir un miroir proche.)
livecd ~ # cd /mnt/gentoo
livecd gentoo # wget ftp://distfiles.gentoo.org/pub/gentoo/releases/x86/current-stage3/stage3-i686-*.tar.bz2

Rendez-vous dans le dossier /mnt/gentoo et extrayez les fichiers de l'archive d'étape 3 à l'aide de la commande tar xjpf <archive d'étape 3>.

Exemple de code 2.13 : extraire les fichiers de l'archive d'étape 3

livecd gentoo # time tar xjpf stage3*

real  1m14.157s
user  1m2.920s
sys   0m7.530s

Changement de racine

Montez les systèmes de fichiers /proc et /dev, copiez et remplacez le fichier /etc/resolv.conf, puis utilisez la commande chroot pour entrer dans votre environnement Gentoo sur la nouvelle racine.

Exemple de code 2.14 : changer de racine

livecd usr # cd /
livecd / # mount -t proc none /mnt/gentoo/proc
livecd / # mount -o bind /dev /mnt/gentoo/dev
livecd / # cp -L /etc/resolv.conf /mnt/gentoo/etc/
livecd / # chroot /mnt/gentoo /bin/bash
livecd / # env-update && source /etc/profile
>>> Regenerating /etc/ld.so.cache...

Installez le dernier instantané de portage avec la commande emerge-webrsync.

Exemple de code 2.15 : utliser la commande emerge-webrsync pour installer un instantané de Portage

livecd / # mkdir /usr/portage
livecd / # emerge-webrsync

Configuration de votre fuseau horaire

Choisissez votre fuseau horaire en copiant le fichier approprié de /usr/share/zoneinfo vers /etc/localtime.

Exemple de code 2.16 : déclarer votre fuseau horaire

livecd / # ls /usr/share/zoneinfo
(Utilisation de Paris comme exemple.)
livecd / # cp /usr/share/zoneinfo/Europe/Paris /etc/localtime
livecd / # echo "Europe/Paris" > /etc/timezone

livecd / # date
Wed Mar  8 00:46:05 CET 2006

Choisir votre profil

Choisissez votre profil en utilisant la commande eselect. Ce qui suit est un exemple de sortie possible.

Exemple de code 2.17 : vérifier le profil système

livecd / # eselect profile list
Available profile symlink targets:
  [1]    default/linux/x86/13.0 *
  [2]    default/linux/x86/13.0/desktop
  [3]    default/linux/x86/13.0/desktop/gnome
  [4]    default/linux/x86/13.0/desktop/kde
  [5]    default/linux/x86/13.0/server

Choisissez le profil de votre choix, gardez à l'esprit que les options de la variable USE sont déterminées à partir de ce profil.

Exemple de code 2.18 : changer le profil

livecd / # eselect profile set 2

Configurer votre nom d'hôte et votre nom de domaine

Configurer votre nom de domaine dans /etc/conf.d/hostname et dans /etc/hosts. Dans l'exemple suivant, nous utilisons mybox comme nom d'hôte et at.myplace comme nom de domaine. Vous pouvez soit éditer les fichiers de configuration avec nano ou utiliser les commandes suivantes :

Exemple de code 2.19 : configurer le nom d'hôte et le nom de domaine

livecd / # cd /etc
livecd etc # echo "127.0.0.1 mybox.at.myplace mybox localhost" > hosts
livecd etc # sed -i -e 's/hostname.*/hostname="mybox"/' conf.d/hostname
(Utilisez le nom d'hôte défini précédemment et testez)
livecd etc # hostname mybox
livecd etc # hostname -f
mybox.at.myplace

Configuration du noyau

Installez les sources d'un noyau de votre choix (habituellement gentoo-sources), configurez-le, compilez-le puis copiez le fichier arch/i386/boot/bzImage dans /boot.

Exemple de code 2.20 : installer les sources d'un noyau, le compiler et l'installer

livecd etc # time emerge gentoo-sources

real  2m51.435s
user  0m58.220s
sys   0m29.890s
livecd etc # cd /usr/src/linux
(Configurez votre noyau)
livecd linux # make menuconfig
(Compilez votre noyau)
livecd linux # time make -j2

(Le temps nécessaire varie fortement en fonction des options choisies)
real  3m51.962s
user  3m27.060s
sys   0m24.310s

livecd linux # make modules_install
livecd linux # cp arch/i386/boot/bzImage /boot/kernel

Configuration du système

Éditez votre fichier /etc/fstab et remplacez BOOT, ROOT et SWAP par les noms de vos partitions. Vérifiez également que le système de fichiers correspond à votre installation.

Exemple de code 2.21 : exemple de fichier fstab

livecd linux # cd /etc
livecd etc # nano -w fstab
/dev/sda1   /boot     ext2    noauto,noatime     1 2
/dev/sda3   /         ext3    noatime            0 1
/dev/sda2   none      swap    sw                 0 0

Configurez votre connexion réseau dans /etc/conf.d/net. Ajoutez le script d'initialisation net.eth0 au niveau d'exécution par défaut. Si vous avez de multiples adaptateurs réseaux, faites-en des liens symboliques vers le script net.eth0 et ajoutez-les également au niveau d'exécution par défaut. Vous pouvez soit éditer /etc/conf.d/net avec nano soit utiliser les commandes suivantes :

Exemple de code 2.22 : configurer le réseau

livecd etc # cd init.d
livecd init.d # ln -s net.lo net.eth0
livecd init.d # cd ../conf.d
livecd conf.d # echo 'config_eth0="192.168.1.10 netmask 255.255.255.0 brd 192.168.1.255"' >> net
livecd conf.d # echo 'routes_eth0="default via 192.168.1.1"' >> net
livecd conf.d # echo 'hostname="myhostname"' > hostname
livecd conf.d # rc-update add net.eth0 default
(Si vous avez compilé votre pilote de carte réseau en tant que module,  ajoutez le au fichier /etc/conf.d/modules
livecd conf.d # echo 'modules="r8169"' >> /etc/conf.d/modules
(Si vous voulez vous reconnecter via ssh après avoir redémarré votre nouveau système)
livecd conf.d # rc-update add sshd default

Note : si vous avez besoin de la prise en charge de cartes PCMCIA, installez pcmciautils (utilisez emerge) et ajoutez-le au niveau d'exécution par défaut.

Définissez le mot de passe de l'administrateur root en utilisant passwd.

Exemple de code 2.23 : définir le mot de passe de l'administrateur root

livecd conf.d # passwd
New UNIX password: Tapez le mot de passe
Retype new UNIX password: Tapez à nouveau le mot de passe
passwd: password updated successfully

Éditez le fichier /etc/conf.d/clock pour spécifier le fuseau horaire précédemment sélectionné.

Exemple de code 2.24 : éditer /etc/conf.d/clock

livecd conf.d # nano -w /etc/conf.d/clock

Vérifiez la configuration du système dans les fichiers /etc/rc.conf, /etc/conf.d/rc et /etc/conf.d/keymaps. Modifiez-les si nécessaire.

Exemple de code 2.25 : facultatif - éditer quelques fichiers de configuration

livecd conf.d # nano -w /etc/rc.conf
livecd conf.d # nano -w /etc/conf.d/rc
livecd conf.d # nano -w /etc/conf.d/keymaps

Installer les outils système

Installez un système de journalisation tel que syslog-ng et ajoutez-le au niveau d'exécution par défaut. Faites la même chose pour un démon cron tel que vixie-cron.

Note : les démons cron nécessitent un MTA. mail-mta/ssmtp sera installé comme dépendance. Si vous désirez utiliser un MTA plus évolué, vous pouvez l'installer maintenant. Si vous êtes pressé, laissez ssmtp être installé et désinstallez-le plus tard en installant alors le MTA de votre choix.

Exemple de code 2.26 : installer un système de journalisation et un démon cron

livecd conf.d # time emerge syslog-ng vixie-cron

real  1m54.099s
user  1m2.630s
sys   0m34.620s

livecd conf.d # rc-update add syslog-ng default
livecd conf.d # rc-update add vixie-cron default

Installez les outils systèmes nécessaires (xfsprogs, reiserfsprogs ou jfsutils) et les outils réseaux (dhcpcd ou ppp) si vous en avez besoin.

Exemple de code 2.27 : installer des outils supplémentaires si nécessaire

livecd conf.d # emerge xfsprogs          (Si vous utilisez le système de fichiers XFS.)
livecd conf.d # emerge jfsutils          (Si vous utilisez le système de fichiers JFS.)
livecd conf.d # emerge reiserfsprogs     (Si vous utilisez le système de fichiers Reiser.)
livecd conf.d # emerge dhcpcd            (Si vous avez besoin d'un client DHCP.)
livecd conf.d # emerge ppp               (Si vous utilisez une connexion ADSL.)

Configurer le chargeur de démarrage

Installez grub et configurez-le. N'oubliez pas de mettre à jour les paramètres de démarrage si vous utilisez un disque virtuel de démarrage (initramfs).

Exemple de code 2.28 : installer Grub et éditer son fichier de configuration

livecd conf.d # time emerge grub

real  1m4.634s
user  0m39.460s
sys   0m15.280s
livecd conf.d # nano -w /boot/grub/grub.conf

Exemple de code 2.29 : exemple de fichier grub.conf

default 0
timeout 10
title Gentoo
root (hd0,0)
kernel /boot/kernel root=/dev/sda3
initrd /boot/initramfs # Seulement si un disque virtuel de démarrage est nécessaire

Exemple de code 2.30 : installer grub

livecd conf.d # grub
Probing devices to guess BIOS drives. This may take a long time.

grub> root (hd0,0)
 Filesystem type is ext2fs, partition type 0xfd

grub> setup (hd0)
 Checking if "/boot/grub/stage1" exists... yes
 Checking if "/boot/grub/stage2" exists... yes
 Checking if "/boot/grub/e2fs_stage1_5" exists... yes
 Running "embed /boot/grub/e2fs_stage1_5 (hd0)"...  16 sectors are embedded.
succeeded
 Running "install /boot/grub/stage1 (hd0) (hd0)1+16 p (hd0,0)/boot/grub/stage2 /boot/
grub/menu.lst"... succeeded
Done.

grub> quit

Redémarrage

Quittez l'environnement chrooté (sur la nouvelle racine) , démontez tous les systèmes de fichiers et redémarrez.

Exemple de code 2.31 : redémarrer

livecd conf.d # exit
livecd / # umount /mnt/gentoo/dev /mnt/gentoo/proc /mnt/gentoo/boot /mnt/gentoo
livecd / # reboot
(N'oubliez pas d'éjecter le CD)

Finalisation de l'installation

Note : le temps total écoulé entre l'écran d'invite de démarrage sur le CD minimal et l'écran de connexion après le redémarrage a été de 00:42:31 sur notre machine de test. Oui, moins d'une heure ! Notez que ce temps inclut également les temps de téléchargement de l'archive d'étape 3, de l'instantané de Portage et de plusieurs paquets, ainsi que le temps passé sur la configuration du noyau.

Identifiez-vous en tant que root, et ajoutez un ou plusieurs utilisateurs pour l'utilisation quotidienne avec la commande useradd.

Exemple de code 2.32 : connexion à votre nouvelle machine depuis un autre PC

(Vous pouvez nettoyer votre fichier known_hosts car votre machine a
généré une nouvelle clef définitive)
$ nano -w ~/.ssh/known_hosts
(Regardez l'adresse IP de votre nouveau PC et supprimez la ligne,
puis sauvegardez le fichier et quittez nano)

(Utilisez l'adrese IP de votre nouvelle machine)
$ ssh root@192.168.1.10
The authenticity of host '192.168.1.10 (192.168.1.10)' can't be established.
RSA key fingerprint is 96:e7:2d:12:ac:9c:b0:94:90:9f:40:89:b0:45:26:8f.
Are you sure you want to continue connecting (yes/no)? yes
Warning: Permanently added '192.168.1.10' (RSA) to the list of known hosts.
Password: entrez le mot de passe

Exemple de code 2.33 : ajouter un nouvel utilisateur

mybox ~ # adduser -g users -G lp,wheel,audio,cdrom,portage,cron -m john
mybox ~ # passwd john
New UNIX password: Définissez le mot de passe de John
Retype new UNIX password: Entrez de nouveau le mot de passe
passwd: password updated successfully

Dernières étapes de configuration

Démarrez en sélectionnant les miroirs les plus proches en définissant les variables SYNC et GENTOO_MIRRORS dans le fichier /etc/make.conf ou en utilisant mirrorselect. Vous pouvez aussi définir le nombre de processus de compilation simultanés maintenant.

Exemple de code 2.34 : utiliser mirrorselect et configurer MAKEOPTS

mybox ~ # emerge mirrorselect
mybox ~ # mirrorselect -i -o >> /etc/portage/make.conf
mybox ~ # mirrorselect -i -r -o >> /etc/portage/make.conf
(Généralement, on utilise (le nombre de processeurs + 1))
mybox ~ # echo 'MAKEOPTS="-j2"' >> /etc/portage/make.conf

À présent, il est temps d'activer ou non certaines options de la variable USE. Exécutez emerge -vpe world pour lister tous les paquets actuellement installés et l'état de leurs options de la variable USE respectifs. Éditez le fichier /etc/portage/make.conf ou utilisez la commande suivante pour définir les options de la variable USE :

Exemple de code 2.35 : lister les options actuelles de la variable USE, en activer ou désactiver certaines

mybox ~ # emerge -vpe world
(Portage affiche les paquets avec leurs options de la variable USE, par exemple,
désactivons ipv6 et fortran, et activons unicode)
mybox ~ # echo 'USE="nptl nptlonly -ipv6 -fortran unicode"' >> /etc/portage/make.conf

Les versions récentes de glibc utilisent /etc/locale.gen pour définir les paramètres de localisation.

Exemple de code 2.36 : définir les locales

mybox ~ # cd /etc
mybox etc # nano -w locale.gen
mybox etc # locale-gen

La dernière étape mais pas des moindres, vous devriez modifier votre variable CFLAGS dans le fichier /etc/portage/make.conf pour optimiser le code selon vos propres besoins. Veuillez noter que l'utilisation d'une longue liste de paramètres est rarement requise et peut même endommager le système. Il est recommandé de spécifier le type de processeur dans l'option march et de garder -O2 -pipe.

Vous pouvez basculer en architecture ~x86. À moins que vous ne vous sentiez capable de gérer les comportements bizarres générés par des ebuilds ou des paquets cassés, vous ne devriez pas faire cela. Si vous préférez garder un système stable, n'ajoutez pas la variable ACCEPT_KEYWORDS. L'ajout de FEATURES="ccache" peut être une bonne idée.

Exemple de code 2.37 : éditer le fichier make.conf pour la dernière fois

mybox etc # cd portage
mybox etc # nano -w make.conf
(Mettez le type de votre CPU avec -march dans le CFLAGS)
CFLAGS="-O2 -march=athlon-xp -pipe"
(N'ajoutez ceci que si vous savez ce que vous faites)
ACCEPT_KEYWORDS="~x86"

Vous voudrez peut-être recompiler votre système dans son ensemble une seconde fois pour faire pleinement usage des derniers changements de configuration. Cela prendra un certain temps pour un faible gain de vitesse. Vous pouvez laisser votre système s'optmiser par lui-même au fil du temps quand de nouvelles versions de paquets seront sorties. Toutefois, la recompilation reste une bonne idée pour maintenir la cohérence du système. Consultez le guide de mise à jour de GCC pour Gentoo pour en savoir plus à propos des avantages de maintenir la cohérence du système compilé et du world de manière systématique.

Recompiler uniquement les paquets qui ont déjà été mis à jour depuis la sortie ou qui sont affectés par vos nouvelles options de la variable USE va prendre assez de temps. Vous pourriez également avoir à désinstaller des paquets qui bloqueraient votre mise à jour. Jetez un coup d'œil aux « [blocks B ] » dans la sortie de la commande emerge -vpuD --newuse world et utilisez emerge -C pour les supprimer.

Exemple de code 2.38 : mettre vos paquets à jour

(Notez que le changement vers ~x86 engendre la mise à jour de nombreux
paquets)
mybox etc # emerge -vpuD --newuse world
(Jetez un coup d'œil à la liste des paquets et à leurs options de la variable USE, retirez
les paquets bloquants s'il y en a, et démarrez le long processus)
mybox etc # time emerge -vuD --newuse world
(79 paquets ont été (re)compilés)

real  180m13.276s
user  121m22.905s
sys   36m31.472s

(Réinstallez libtool pour éviter de futurs problèmes potentiels)
mybox etc # emerge --oneshot libtool

(Mise à jour des fichiers de configuration, assurez-vous de ne
pas laisser dispatch-conf mettre à jour des fichiers que vous auriez
modifiés)
mybox etc # dispatch-conf

(Si perl a été mis à jour, vous devez lancer le script
perl-cleaner)
mybox etc # time perl-cleaner all
real  1m6.495s
user  0m42.699s
sys   0m10.641s

(Dans le cas d'une mise à jour majeure de python, vous devez lancer le
script python-updater)
mybox etc # python-updater

Que faire ensuite

Selon l'utilisation qui sera faite de votre nouvelle machine Gentoo, vous désirerez probablement installer des applications serveur ou un environnement de travail. Par exemple, emerge gnome et emerge kde ont été chronométrés sur le système ~x86 comme décrit ci-dessus. Les deux ont été installés à partir du même point.

Vous devriez lire notre liste de documentation pour savoir comment installer et configurer les applications de votre choix.

Important : ce qui suit n'est qu'un exemple. Il ne s'agit en aucun cas d'une configuration recommandée.

Exemple de code 2.39 : installer GNOME

mybox etc # emerge -vp gnome
(Vérifiez la liste des paquets et leurs paramètres USE, éditez le
fichier make.conf si nécessaire.)
mybox etc # nano -w /etc/portage/make.conf
(Les options suivantes de la variable  USE  ont été définies)
USE="-fortran dbus -kde -qt4 -eds "

mybox etc # time emerge gnome
(326 paquets ont été installés)

real  520m44.532s
user  339m21.144s
sys   146m22.337s

Exemple de code 2.40 : installer KDE

mybox etc # emerge -vp kde-meta
(Vérifiez la liste des paquets et leurs paramètres USE, éditez le
fichier make.conf si nécessaire.)
mybox etc # nano -w /etc/portage/make.conf
(Les options suivantes de la variable  USE  ont été définies)
USE="-fortran -eds -gnome -gstreamer -gtk -firefox"

mybox etc # time emerge kde-meta
(391 paquets ont été installés)

real  1171m25.318s
user  851m26.393s
sys   281m45.629s


Imprimer

Dernière mise à jour le 2 mai 2013

Une version originale plus récente datée du 15 août 2013 existe.

Résumé : Le guide d'installation rapide présente le processus d'installation de Gentoo Linux de façon concise. Son objectif est de permettre aux utilisateurs d'effectuer une installation à partir d'une archive d'étape 3 en un rien de temps. Une expérience préalable avec l'installation de Gentoo est vivement recommandée pour suivre ce guide.

Xavier Neys
Auteur

Sven Vermeulen
Auteur

Steven Wagner
Auteur

Olivier Fisette
Traducteur

Rémy Mainil
Traducteur

José Fournier
Traducteur

Donate to support our development efforts.

Copyright 2001-2014 Gentoo Foundation, Inc. Questions, Comments? Contact us.