Gentoo Logo

Trucs et astuces pour l'installation de Gentoo/x86

Table des matières :

1.  Introduction

Préliminaires

Ce document contient divers trucs et astuces pour l'installation de Gentoo sur les systèmes x86. La plupart sont présentés de façon compacte ; et ne sont qu'un complément aux instructions d'installation qu'ils ne remplacent pas.

Table des matières

Installations de niveau avancé

Simplifier l'installation

Résoudre les problèmes / Autres difficultés

2.  Installations de niveau avancé

RAID logiciel

Note : si vous n'êtes pas familier avec les RAID logiciels, veuillez lire le Software-RAID-HOWTO.

Note : une procédure plus detaillée est disponible dans notre Guide d'installation rapide avec raid logiciel et LVM2.

Après avoir amorcé votre système à partir du CD d'installation, chargez les modules RAID appropriés. Par exemple, si vous souhaitez utiliser RAID-1 :

Exemple de code 2.1 : charger le module RAID-1

# modprobe raid1

Lorsque vous partitionnez vos disques, assurez-vous d'utiliser fd (détection automatique des RAID Linux) comme type de partition plutôt que 83 (partition Linux native). Avec fdisk, vous pouvez changer le type de partition avec la commande t.

Avant de créer les unités RAID, vous devez créer les nœuds dans /dev :

Exemple de code 2.2 : créer les nœuds /dev/mdX

# mknod /dev/md1 b 9 1
# mknod /dev/md2 b 9 2
# mknod /dev/md3 b 9 3

Après le partitionnement des disques, créez le fichier /etc/mdadm.conf (oui, dans l'environnement du CD d'installation) en utilisant mdadm, un outil avancé pour la gestion des RAID. Par exemple, pour que vos partitions racine, de démarrage et de mémoire virtuelle fassent partie d'un miroir (RAID-1) s'étendant sur /dev/sda et /dev/sdb, vous pouvez utiliser :

Exemple de code 2.3 : exemple d'utilisation de la commande mdadm

# mdadm --create --verbose /dev/md1 --level=1 --raid-devices=2 /dev/sda1 /dev/sdb1
# mdadm --create --verbose /dev/md2 --level=1 --raid-devices=2 /dev/sda2 /dev/sdb2
# mdadm --create --verbose /dev/md3 --level=1 --raid-devices=2 /dev/sda3 /dev/sdb3

Important : vous ne devriez pas utiliser une forme de parallélisme telle que RAID-0 or RAID-5 pour la partition de laquelle vous démarrez. Ainsi --metadata=0.90 n'est nécessaire que pour ces systèmes de fichiers critiques. Les autres système de fichiers peuvent utiliser des formats de méta-données plus récents.

Le pilote RAID logiciel Linux (Linux Software RAID driver) débutera la création des métapériphériques. Vous pouvez voir le déroulement du processus dans /proc/mdstat. Attendez que la création des métapériphériques soit entièrement terminée avant de poursuivre.

Exemple de code 2.4 : sauvegarder la configuration actuelle

# mdadm --detail --scan > /etc/mdadm.conf

À partir de maintenant, utilisez /dev/md1 comme partition de démarrage, /dev/md2 comme partition de mémoire virtuelle et /dev/md3 comme partition racine.

Juste avant de changer de racine (chroot) n'oubliez pas de copier /etc/mdadm.conf vers /mnt/gentoo/etc.

Lorsque vous configurez votre noyau, assurez-vous d'inclure la prise en charge appropriée de votre RAID directement dans le noyau et non pas comme module.

Lors de l'installation des outils supplémentaires, installez mdadm. Notez que ce paquet logiciel n'est pas disponible sur tous les CD d'installation. Vous ne pourrez donc peut-être pas installer Gentoo sur un RAID logiciel lors d'une installation sans accès réseau !

Lorsque vous configurez votre chargeur de démarrage, assurez-vous qu'il soit installé dans le MBR des deux disques si vous utilisez un RAID miroir.

RAID ATA avec un noyau 2.4

Assurez-vous de démarrer le CD d'installation avec l'option doataraid activée. Une fois le système chargé, vérifiez le contenu de /dev/ataraid. Divers répertoires disc* devraient s'y trouver pour chaque disque disponible dans le RAID ATA. Le disque entier est désigné par disc alors que les part* renvoient aux partitions.

Notez les divers fichiers de périphériques /dev/ataraid/disc*/* sur lesquels vous installerez Gentoo. Vous devrez substituer ce chemin à /dev/sda dans les exemples lors de l'installation.

Avant de changer de racine, liez-montez la structure /dev dans le nouvel environnement :

Exemple de code 2.5 : lier-monter /dev

# mount --rbind /dev /mnt/gentoo/dev

Lorsque vous configurez votre noyau, assurez-vous d'inclure la prise en charge de votre jeu de composants (chipset) RAID ATA et de choisir les options appropriées. Par exemple, un système ATA RAID populaire est le Promise FastTrack built-in RAID. Il faut donc évidemment que Promise FastTrack Options soit inclus dans votre noyau.

Lorsque vous configurez GRUB, vous devez d'abord créer une disquette de démarrage GRUB. Ce n'est pas aussi difficile qu'on pourrait le croire. D'abord, installez GRUB comme vous le faites d'habitude, mais, au moment d'installer GRUB dans le MBR, suivez ces instructions :

Exemple de code 2.6 : créer un disque de démarrage GRUB

# cd /boot/grub
# dd if=stage1 of=/dev/fd0 bs=512 count=1
# dd if=stage2 of=/dev/fd0 bs=512 seek=1

Il vous reste encore à écrire votre fichier grub.conf. La procédure ne diffère pas de celle décrite dans les instructions d'installation. Assurez-vous simplement que root= pointe vers votre périphérique RAID ATA.

Une fois l'installation terminée, démarrez avec votre disquette de démarrage GRUB. Une invite GRUB vous accueillera. Maintenant, configurez GRUB pour démarrer à partir du périphérique RAID ATA :

Exemple de code 2.7 : installer GRUB sur le RAID ATA

grub> root (hd0,x)
grub> setup (hd0)
grub> quit

Maintenant, redémarrez (après avoir retiré la disquette GRUB).

Les utilisateurs de LILO peuvent suivre sans problème la procédure des instructions d'installation.

Utiliser le noyau du CD d'installation

Si vous préférez utiliser le noyau utilisé pour démarrer avec le CD d'installation plutôt que de compiler votre propre noyau, vous pouvez le copier sur votre système. Suivez les instructions d'installation, mais, au lieu de compiler votre noyau, basculez vers une autre console avec Alt-F2 par exemple et identifiez-vous avec le mot de passe que vous avez défini au début de l'installation.

Ensuite, copiez le noyau du CD d'installation et les modules sur votre système :

Exemple de code 2.8 : copier le noyau du CD d'installation

(${KN} est le nom du noyau, généralement similaire à « gentoo » ou « smp »
cdimage ~# cp /mnt/cdrom/isolinux/${KN} /mnt/cdrom/isolinux/${KN}.igz /mnt/gentoo/boot
cdimage ~# mkdir -p /mnt/gentoo/lib/modules
cdiamge ~# cp -Rp /lib/modules/`uname -r` /mnt/gentoo/lib/modules

Pour que les modules qui ont été chargés pendant le démarrage du CD d'installation soient chargés automatiquement quand vous démarrerez votre système, utilisez la commande suivante dans votre nouvel environnement (celui obtenu après le changement de racine) :

Exemple de code 2.9 : ajouter les modules en cours d'utilisation au fichier /etc/conf.d/modules

# printf "modules\"" >> /etc/conf.d/modules
# cat /proc/modules | cut -d ' ' -f 1 >> /etc/conf.d/modules
# printf "\"\n" >> /etc/conf.d/modules

Vérifiez le contenu du fichier /etc/conf.d/modules et mettez le à jour comme il se doit.

3.  Simplifier l'installation

Laisser le terminal sans surveillance

Beaucoup de gens veulent s'éloigner de leur système pendant qu'il compile. Dans certains cas, c'est plutôt difficile ; l'installation peut avoir lieu dans un endroit public où vous ne pouvez faire confiance à tous. Si c'est le cas, vous souhaiterez plutôt réaliser la compilation en arrière-plan et fermer toutes les sessions des terminaux.

Plusieurs solutions s'offrent à vous. L'une d'elles est d'utiliser screen. Après le démarrage du CD d'installation, définissez le mot de passe root et débutez une session screen :

Note : tous les CD d'installation ne contiennent pas screen. S'il est absent du vôtre, vous devrez utiliser une des autres méthodes décrites dans cette section.

Exemple de code 3.1 : démarrer une session screen

# screen -S gentoo

Une fois dans la session screen, vous pouvez réaliser toute l'installation. Quand vous souhaitez quitter le terminal, tapez Ctrl-a, d (c'est-à-dire les touches contrôle et a en même temps, puis la touche d) pour détacher votre session screen. Vous pouvez maintenant fermer votre session sans risque.

Pour reprendre le contrôle de votre terminal, ouvrez une session en tant que root et attachez-vous de nouveau à la session screen en exécutant :

Exemple de code 3.2 : s'attacher à une session screen

# screen -x gentoo

Si vous ne pouvez utiliser screen, il est toujours possible de vous éloigner sans danger de votre terminal. Suivez les instructions d'installation, mais, lorsque vous devez lancer une compilation longue (par exemple l'étape de ./scripts/bootstrap.sh), utilisez nohup qui permet à un processus de poursuivre son exécution même lorsque vous fermez votre session. N'oubliez pas d'ajouter un & à la fin de la ligne, sinon le processus ne sera pas envoyé en arrière-plan ! Souvenez-vous du nom du répertoire courant (la commande pwd vous le montrera) ; vous aurez besoin de cette information plus tard.

Exemple de code 3.3 : utiliser nohup

# pwd
/usr/portage
# nohup ./scripts/bootstrap.sh &

Maintenant, quittez le nouvel environnement (celui d'après le changement de racine) avec exit et votre session du CD d'installation. Votre compilation continuera en arrière-plan.

Lorsque vous souhaitez jeter un coup d'œil à la compilation, ouvrez une session en tant que root (sur le CD d'installation), revenez sur la nouvelle racine (chroot) et retournez dans le répertoire où vous étiez avant de fermer la session :

Exemple de code 3.4 : revenir dans le nouvel environnement

# chroot /mnt/gentoo /bin/bash
# env-update && source /etc/profile
# cd /usr/portage

Maintenant, utilisez la commande less sur le fichier nohup.out situé dans ce répertoire. La sortie de la compilation est ajoutée à ce fichier. Donc, si vous voulez suivre le processus de compilation, exécutez less nohup.out et tapez F pour suivre les changements. Lorsque la compilation est terminée, vous pouvez continuer avec l'étape suivante des instructions d'installation.

Si vous êtes las de suivre la compilation, tapez Ctrl-C puis q. Cela n'arrêtera pas la compilation, mais seulement le programme less.

4.  Corriger les erreurs / problèmes

Tester vos disques en profondeur

Si vous pensez qu'un disque doit être vérifié en détail pour juger de sa cohérence (secteurs défectueux et autres), vous pouvez utiliser l'option -c lors de la créaction du système de fichiers ext2 ou ext3 sur ce disque (utilisez mke2fs). Cela réalisera un formatage suivi d'un test en lecture seule et marquera tous les secteurs défectueux comme tels. Si vous êtes paranoïaque, utilisez -c -c qui démarrera un test en profondeur en lecture et écriture après avoir formaté la partition.

Exemple de code 4.1 : vérifier la cohérence d'un disque

# mke2fs -j -c /dev/sda3

Récupérer une installation qui dysfonctionne

Si, pour quelque raison que ce soit, votre installation de Gentoo échoue, vous n'avez pas à recommencer l'installation à partir de zéro. Vous pouvez simplement reprendre à partir du point où vous croyez avoir commis une erreur (ou là où vous croyez que les instructions vous ont induit en erreur) et essayer une approche différente.

D'abord, vous devez entrer à nouveau dans votre environnement Gentoo Linux (ce qu'on appelle fréquemment le changement de racine et qui correspond à la commande chroot ). Suivez à nouveau les instructions, mais ignorez l'étape de partitionnement des disques puisque vos partitions existent déjà et contiennent des fichiers. Vous pouvez monter immédiatement ces partitions sur /mnt/gentoo. Vous devez aussi ignorer les étapes relatives à l'extraction de l'archive d'étape et à la modification de make.conf. Après tout, vous ne souhaitez pas écraser vos fichiers, n'est-ce pas ?

Une fois dans votre environnement Gentoo Linux, allez tout de suite à l'étape où vous pensez devoir utiliser une approche différente. Ne refaites pas les autres étapes (par exemple le bootstrap) à moins que vous ne croyiez que c'est là que s'est produit le problème.

Par exemple, si vous pensez que votre fichier grub.conf contient une configuration erronée, vous pouvez aussitôt exécuter votre éditeur et corriger /boot/grub/grub.conf.

Une fois que vous avez essayé une approche différente, demandez-vous quelles sont les étapes subséquentes que vous devez exécuter à nouveau. Si ces étapes suivantes dépendent du changement que vous avez apporté, vous devrez refaire ces étapes.

Par exemple ...

  • Si vous avez changé une variable dans make.conf, vous devrez refaire toutes les compilations subséquentes, car elles dépendent toutes des paramètres spécifiés dans make.conf.
  • Si vous avez changé /boot/grub/grub.conf, vous pouvez aussitôt quitter le nouvel environnement et redémarrer puisque aucune étape subséquente ne dépend de grub.conf.
  • Si vous avez recompilé votre noyau, vous n'avez qu'à vous assurer que votre chargeur de démarrage pointe vers la bonne image du noyau. (Assurez-vous deux fois plutôt qu'une d'avoir monté la partition /boot !) Vous pouvez ensuite quitter le nouvel environnement et redémarrer.
  • Si vous avez modifié /etc/fstab, vous pouvez quitter l'environnement chroot et redémarrer.

Comme vous pouvez le voir, vous pouvez redémarrer immédiatement après la plupart des opérations de récupération d'une installation. Vous n'aurez à répéter les étapes subséquentes de l'installation que dans certains cas particuliers.



Imprimer

Dernière mise à jour le 30 novembre 2012

La version originale de cette traduction n'est plus maintenue

Résumé : L'installation de Gentoo peut être abordée de multiples façons. Il est donc virtuellement impossible d'inclure tous les trucs et astuces imaginables dans les instructions d'installation. Le présent document vise à vous offrir, à titre de référence, l'ensemble des astuces qui nous ont été rapportées.

Sven Vermeulen
Auteur

Xavier Neys
Correcteur

Olivier Fisette
Traducteur

José Fournier
Traducteur

Donate to support our development efforts.

Copyright 2001-2014 Gentoo Foundation, Inc. Questions, Comments? Contact us.