Gentoo Logo

Guide de démarrage rapide avec Mutt

Table des matières :

1.  Le client de messagerie électronique Mutt

Si vous n'êtes pas un fan des clients de messagerie électronique à interface graphique qui cherche à en imposer, ou si vous voulez seulement lire rapidement quelques courriels à travers une connexion SSH, les clients de messagerie utilisant la console devraient vous satisfaire.

Mutt est un de ces clients de messagerie les plus courants, utilisant le terminal, qui est toujours en développement et qui compte une foule d'adeptes actifs (et d'utilisateurs). C'est un outil puissant, très configurable, compact et efficace.

Mutt a été conçu à l'origine pour lire les courriels de la file d'attente de la boîte locale (par exemple /var/spool/mail/. De nos jours, il est livré avec une prise en charge complète des dossiers au format Maildir, des prélèvements à distance depuis des serveurs POP3 et de la gestion des comptes IMAP. Pour connaître de manière exhaustive tout ce que Mutt peut faire, reportez-vous à son manuel et à son site Web à http://www.mutt.org/.

2.  Obtenir Mutt

Vous lancer dans l'aventure Mutt ne demande qu'une simple commande emerge. Malheureusement, Mutt possède une foule d'options qui activent et désactivent certaines de ses fonctionnalités. Nous présenterons d'abord les options les plus importantes de la variable USE que vous pourriez vouloir configurer en fonction de l'usage que vous voulez faire de Mutt. Notez bien que l'activation de la plupart d'entre elles ne peut être dangereuse pour votre Mutt, mais peut conduire à lui faire faire plus que ce qu'un utilisateur averti souhaiterait.

Exemple de code 2.1 : les options de la variable USE pour Mutt

% emerge -pv mutt
[ebuild     N ] mail-client/mutt-1.5.21-r1 USE="gdbm gpg imap mbox nls nntp \
                  sidebar smime smtp ssl -berkdb -crypt -debug -doc -gnutls \
                  -idn -pop -qdbm -sasl -tokyocabinet"

En premier lieu, pour les débutants, l'option imap de la variable USE est certainement la plus importante. L'activer ne peut causer aucun tort à quoi que ce soit, aussi, si vous ne savez pas encore quels types de comptes vous allez utiliser avec Mutt, activez la. De nos jours, la plupart des fournisseurs de serveur de messagerie, même libres, comme GMail, utilise IMAP, car c'est le plus pratique pour stocker des courriels qui sont accessibles à plusieurs clients en même temps ou à des clients de localisations diverses. Comme IMAP conserve les courriels dans le serveur, Mutt n'a seulement qu'à prélever et télécharger sur votre poste de travail les messages que vous voulez consulter.

Souvent, il arrive que vous passiez rapidement quelques fois sur quelques messages l'un après l'autre et que vous répétiez cette opération. Comme ceci est une pure perte de temps, Mutt fait appel à ce qu'on appelle un cache d'entêtes (hcache) pour conserver la partie la plus importante des message dont il a besoin. Ce cache est adossé à une bibliothèque (db-library), qui existe en quatre variantes : gdbm, berkdb, qdbm et tokyocabinet. Si vous n'avez pas de préférence personnelle, choisissez gdbm ou berkdb. Très vraissemblablement, vous aurez déjà les deux installées sur votre système. Activer les options de la variable USE pour plus d'un processus hcache d'arrière-plan, obligera Mutt à choisir celui qui lui convient le mieux. Il n'en utilisera jamais plus d'un.

Alors qu'IMAP est important pour la lecture des courriels, l'envoi de courriels nécessite un serveur de courriels. Mutt peut converser avec un serveur de courriels présent sur le système local, mais souvent, ce n'est pas le cas, ou tout simplement ce n'est pas une bonne solution pour, par exemple, les utilisateurs itinérants qui utilisent un ordinateur portable. Mutt est livré avec la prise en charge de SMTP que l'on active à l'aide de l'option smtp de la variable USE. Cette fois encore, activer cette option ne peut causer aucun tort à quoi que ce soit. La prise en charge de SMTP par Mutt, vous permet d'envoyer des courriels à travers un serveur de courriels de votre choix ; en général celui de votre fournisseur de serveur de messagerie.

De nos jours, IMAP et SMTP passent généralement par des canaux chiffrés, par conséquent, si vous avez activé l'un des deux, il est sage d'activer, soit l'option ssl, soit l'option gnutls de la variable USE. Les deux ne font qu'ajouter la variante sécurisée, respectivement imaps et smtps, à la liste des protocoles pris en charge, en faisant appel soit à la mise en œuvre OpenSSL , soit à la mise en œuvre GNUTLS. Si vous n'avez pas une préférence marquée pour l'une ou l'autre, choisissez ssl. Le plus vraissemblablement, cette option est déjà activée dans votre variable USE globale. Si vous voulez signer vos courriels envoyés, activez aussi l'option sasl de la variable USE qui est un prérequis pour ce genre d'opérations.

En dernier lieu, et non sans importance, il y a l'option sidebar de la variable USE. Elle active une extension à Mutt qui affiche un panneau de navigation dans les différentes boîtes à lettres sur la gauche de l'écran. Bien que ce ne soit pas une fonctionnalité conseillée au tout débutant (n'étant tout simplement pas officielle, elle n'est mentionnée dans aucune documentation), elle peut intéresser des utilisateurs plus avertis. Fort heureusement, l'activation de l'option de la variable USE, ne suffisant pas à faire apparaître ce panneau, vous ne vous rendez même pas compte qu'elle est activée.

3.  Configuration de Mutt

Après avoir installé Mutt avec les options de la variable USE de votre choix, la seule étape nécessaire est de créer un fichier .muttrc dans votre dossier utilisateur racine. Des exemples de fichier muttrc sont disponibles en maints endroits du Web et dans la documentation de Mutt. Vous trouverez quelques exemples de la distribution officielle dans le dossier /usr/share/doc/mutt-<version>/samples. Ci-dessous, nous présentons un fichier .muttrc très minimal pour un compte IMAP avec une livraison SMTP.

Exemple de code 3.1 : un exemple de fichier .muttrc

# jeu de caractères employé pour les messages envoyés
set send_charset="utf-8"
# si aucun jeu de caractères n'est précisé pour les messages entrant, il s'agit probablement de Windows
set assumed_charset="iso-8859-1"

# assurons-nous que Vim sait que mutt est un client de messagerie et que nous composons des messages encodés en UTF-8
set editor="vim -c 'set syntax=mail ft=mail enc=utf-8'"

# ne faire défiler qu'une ligne au lieu d'une pleine page
set menu_scroll=yes

# nous voulons voir quelques types MIME types en ligne, voyez après le listing de ce fichier pour des explications.
auto_view application/msword
auto_view application/pdf

# faisons que le motif de recherche par défaut recherche dans TO (À), Cc(copie carbone) et Subject (objet) 
set simple_search="~f %s | ~C %s | ~s %s"

# fils d'exécution, trier par fils
set sort=threads
set strict_threads=yes

# montrer le résultat du filtre de courriels pourris  (à partir de  SpamAssassin seulement) lors de la lecture d'un message
spam "X-Spam-Score: ([0-9\\.]+).*" "SA: %1"
set pager_format = " %C - %[%H:%M] %.20v, %s%* %?H? [%H] ?"

# ne pas montrer tous les entêtes, juste quelques uns
ignore          *
unignore        From To Cc Bcc Date Subject
# and in this order
unhdr_order     *
hdr_order       From: To: Cc: Bcc: Date: Subject:

# utiliser des mises en évidence colorées, pour plus d'exemple de coloration, reportez-vous à :
# http://aperiodic.net/phil/configs/mutt/colors
color normal      white          black
color hdrdefault  green          default
color quoted      green          default
color quoted1     yellow         default
color quoted2     red            default
color signature   cyan           default
color indicator   brightyellow   red
color error       brightred      default
color status      brightwhite    blue
color tree        brightmagenta  black
color tilde       blue           default
color attachment  brightyellow   default
color markers     brightred      default
color message     white          black
color search      brightwhite    magenta
color bold        brightyellow   default
# si la barre de progression noire en bas de l'écran vous déplaît, 
# commentez la ligne suivante
color progress    white          black

# réglages d'identité
set realname = "Andrew Dalziel"
set from = "andy@mail.server"
alternates "andrew@mail.server|andrew.dalziel@mail.server"
# ce fichier doit exister et contenir votre signature, commentez la ligne
#suivante si vous ne voulez pas utiliser de signature
set signature = ~/.signature

# alias (tri du carnet d'adresses)
source ~/.aliases

# paramétrage de la connexion IMAP 
set mail_check=60
set imap_keepalive=300

# paramétrage du compte IMAP
set folder=imaps://andy@imap.mail.server/
set spoolfile=imaps://andy@imap.mail.server/
set record=imaps://andy@imap.mail.server/Sent
set postponed=imaps://andy@imap.mail.server/Drafts

# utiliser le cache d'entêtes pour IMAP (assurez-vous qu'il s'agit d'un dossier pour la performance!)
set header_cache=/var/tmp/.mutt

# les boîtes à lettres que nous voulons surveiller pour les nouveaux courriels 
mailboxes "="
mailboxes "=Lists"

# les listes de diffusion sur lesquelles nous sommes inscrit (il s'agit d'expressions régulières ! )
subscribe "gentoo-.*@gentoo\\.org"

# paramétrage SMTP d'envoi de courriels
set smtp_url=smtp://mail.server/

Note : c'est une bonne pratique que de passer en revue tous les paramètrages de cet exemple. Il y en a beaucoup d'autres, et certains choix peuvent ne pas correspondre à vos désirs. Pensez-y quand vous avez le sentiment que Mutt ne se comporte pas comme vous l'aimeriez.

L'exemple de fichier .muttrc ci-dessus paramètre un compte IMAP et utilise un serveur SMTP pour l'envoi des courriels, stocke son cache dans /var/tmp/.mutt, lit les alias d'adresses (considérez les comme un carnet d'addresses ) à partir de ~/.aliases et ajoute une signature présente dans ~/.signature au moment de composer un courriel. Pour certains serveurs IMAP, il peut être nécessaire de changer les dossiers file d'attente, enregistrés et différés, parce que les dossiers Sent et Drafts peuvent être placés dans un dossier INBOX. L'essayer tout simplement avec Mutt est la meilleure manière de savoir ce qu'il en est.

Dès lors que votre fichier .muttrc est au point, vous êtes prêt à lancer Mutt par la commande mutt entrée au terminal. Si vous avez paramétré une url de serveur IMAP valide, Mutt vous présentera un invite de connexion et prélévera tous les courriels pour vous. Notez que la première connexion peut prendre pas mal de temps si vous avez un nombre significatif de courriels, car le cache d'entêtes de Mutt est initialement vide. Si ceci aboutit, vous êtes en mesure de lire vos courriels.

La navigation est intuitive , comme l'est la lecture des messages en pressant simplement la touche Entrée ou la barre d'espacement. Mutt est très similaire à Vim en ce sens qu'il utilise des touches de clavier pour la plupart de ses actions. Vous avez intérêt à lire le manuel de Mutt sur le Web pour découvrir toutes les fonctions ( ou presser la touche ? dans Mutt) et savoir à quelle touche chacune de ces fonctions est attachée ou, mieux, à quelle touche elle peut être attachée. Quelques touches essentielles sont m (pour message) pour commencer la rédaction d'un message, , q pour quitter, r pour répondre , s pour sauvegarder et p pour imprimer (print).

Une des fonctionnalité que Mutt possède, et qu'on ne retrouve dans aucun des clients de messagerie les plus élaborés, est la possibilité d'afficher les pièces jointes en ligne à l'aide de quelques afficheurs. La directive autoview dans le fichier .muttrc indique à Mutt quelles pièces jointes (en s'appuyant sur leur type MIME) il doit afficher en ligne. Pour avoir une idée sur la façon de faire cela, Mutt utilise les fichiers mailcap pour rechercher comment afficher tel ou tel type MIME. En général, le fichier mailcap applicable à l'ensemble du système n'est pas suffisant ici. Il vaut donc mieux que vous créiez un fichier ~/.mailcap pour y placer des items munis de l'option copiousoutput pour que Mutt puisse les afficher en ligne.

Dans l'exemple de fichier .muttrc ci-dessus, l'option auto_view est activée pour les fichiers de type application/msword et application/pdf. Ces deux exemples démontrent l'extrême utilité de cette fonctionnalité, qui signifie que des minutes de réunion envoyées comme fichier doc sont désormais lisibles sans devoir sauvegarder la pièce jointe et l'ouvrir dans LibreOffice. Au lieu de cela, le texte apparaît automatiquement dans le lecteur de messages, à condition que vous ayez une entrée correspondante dans votre fichier ~/.mailcap.

Exemple de code 3.2 : exemple de fichier .mailcap

application/msword; antiword '%s'; copiousoutput; description=Word Document;
nametemplate=%s.doc
application/pdf; pdftotext '%s' -; copiousoutput; description=PDF Document;
nametemplate=%s.pdf

L'exemple de fichier .mailcap ci-dessus indique à Mutt ce qu'il doit faire pour afficher des fichiers msword et pdf. Pour le premier, il devrait lancer le programme antiword (emerge app-text/antiword), et pour le deuxième, le programme pdftotext (emerge app-text/poppler). Vous pouvez donner libre cours à votre imagination pour, par exemple, afficher un rendu HTML (essayez app-text/vilistextum ), afficher des vcards, ou afficher une représentation ASCII des images attachées. Tout ce que vous avez à faire, c'est définir comment appeler le programme dans votre fichier .mailcap, et de dire à Mutt d'essayer de l'afficher en ligne en utilisant la directive auto_view.

4.  Conclusion

Mutt est un client de messagerie en console très configurable. Si vous appréciez le concept, Mutt peut être configuré pour se comporter de presque toutes les manières. Parcourez le Web pour voir comment les autres s'y sont pris, et dénichez un des nombreux additifs existants pour en demander encore plus à Mutt. Gentoo applique quelques additifs très populaires à Mutt, aussi, feriez-vous bien de vérifier la version de Mutt avec mutt -v avant d'ajouter quelque chose qui pourrait être déjà inclus. Bien que l'apprentissage de Mutt ne soit pas des plus faciles, une fois que vous l'aurez domestiqué, il pourra rendre votre appréhension du courrier beaucoup plus rapide et efficace que n'importe quel autre client de messagerie. La recherche, par exemple, est très puissante si vous savez comment déterminer les bonnes options et savez quelle expression régulière utiliser pour focaliser votre recherche. Profitez bien de Mutt !



Imprimer

Dernière mise à jour le 13 janvier 2013

La version originale de cette traduction n'est plus maintenue

Résumé : Ce guide vous explique comment commencer à utiliser le puissant client de courrier mutt à interface en ligne de commande.

Fabian Groffen
Author

José Fournier
Traducteur

Donate to support our development efforts.

Copyright 2001-2014 Gentoo Foundation, Inc. Questions, Comments? Contact us.