Gentoo Logo

[ << ] [ < ] [ Sommaire ] [ > ] [ >> ]


3. Configurer votre connexion réseau

Table des matières :

3.a. Connexion au réseau automatique

Peut-être fonctionne-t-elle déjà ?

Si votre système est connecté à un serveur DHCP, il est probable que votre connexion ait déjà été configurée automatiquement. Si tel est le cas, les commandes habituelles telles que ssh, scp, ping, irssi, wget, links qui sont sur le CD d'installation fonctionnent.

Pour vérifier que votre connexion fonctionne, utilisez la commande ifconfig. Elle devrait afficher la liste des interfaces réseau opérationnelles (en plus de lo).

Exemple de code 1.1 : affichage de ifconfig quand une connexion existe

# ifconfig
(...)
eth0      Link encap:Ethernet  HWaddr 00:50:BA:8F:61:7A
          inet addr:192.168.0.2  Bcast:192.168.0.255  Mask:255.255.255.0
          inet6 addr: fe80::50:ba8f:617a/10 Scope:Link
          UP BROADCAST RUNNING MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:1498792 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:1284980 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:1984 txqueuelen:100
          RX bytes:485691215 (463.1 Mb)  TX bytes:123951388 (118.2 Mb)
          Interrupt:11 Base address:0xe800 

Le nom de l'interface réseau sur votre système peut ne pas être eth0. Des médias d'installation récents peuvent afficher des noms d'interface réseau standards comme eno0, ens1 ou encore enp5s0. Recherchez simplement le nom de l'interface dans la sortie d'une commande ifconfig pour laquelle l'adresse IP pointe sur votre réseau local.

Dans toute la suite de ce document, nous supposerons que cette interface s'appelle eth0.

Facultatif : configurer un mandataire

Si vous passez par un serveur mandataire (« proxy ») pour atteindre Internet, vous devrez spécifier les coordonnées de ce mandataire pendant l'installation. C'est très facile à faire : vous devez juste définir une variable d'environnement qui contiendra ces coordonnées.

Dans la plupart des cas, vous pouvez juste définir cette variable avec le nom du serveur. Pour illustrer, disons que le mandataire s'appelle proxy.gentoo.org et que le port soit 8080 :

Exemple de code 1.2 : définition d'un serveur mandataire

(Si le mandataire gère le HTTP)
# export http_proxy="http://proxy.gentoo.org:8080"
(Si le mandataire gère le FTP)
# export ftp_proxy="ftp://proxy.gentoo.org:8080"
(Si le mandataire gère le RSYNC)
# export RSYNC_PROXY="rsync://proxy.gentoo.org:8080"

Si le mandataire a besoin d'un nom d'utilisateur et d'un mot de passe, utilisez la syntaxe suivante pour définir la variable :

Exemple de code 1.3 : ajout d'un nom d'utilisateur et d'un mot de passe au mandataire

http://utilisateur:passe@serveur:port

Par exemple, pour faire du HTTP avec notre serveur mandataire, le nom d'utilisateur « nico » et le mot de passe « f00b_r », vous ferez :

Exemple de code 1.4 : utilisation d'un mandataire avec authentification

# export http_proxy="http://nico:f00b_r@proxy.gentoo.org:8080"

Test du réseau

Vous pouvez essayer une connexion vers le serveur DNS de votre fournisseur d'accès (son adresse figure dans /etc/resolv.conf) et un site web de votre choix, pour vérifier que vos paquets atteignent bien Internet et que la résolution de noms se fait bien.

Exemple de code 1.5 : le test ultime

# ping -c 3 www.gentoo.org

Si le réseau fonctionne, vous pouvez alors sauter le reste de cette section et continuer avec le chapitre Préparer les disques. Sinon, poursuivez la lecture.

3.b. Configuration automatique du réseau

Si le réseau n'a pas marché tout de suite, certains supports d'installation vous permettent d'utiliser net-setup (pour les réseaux classiques ou sans fil), pppoe-setup (pour les utilisateurs de l'ADSL) ou pptp (pour les utilisateurs de PPTP, disponible sur les architectures x86, amd64, alpha, ppc et ppc64).

Si votre support d'installation ne contient pas ces outils ou si votre réseau ne fonctionne pas, veuillez continuer avec la Configuration manuelle du réseau.

Par défaut : utilisation de net-setup

Le plus simple pour activer une interface réseau, si cela n'a pas été fait automatiquement, est de lancer le script net-setup :

Exemple de code 2.1 : lancement du script net-setup

# net-setup eth0

net-setup vous demandera des renseignements à propos de votre environnement réseau. Une fois terminé, vous devriez avoir une connexion réseau fonctionnelle. Testez votre connexion comme indiqué précédemment. Si le test est positif, alors bravo. Vous êtes maintenant fin prêt pour l'installation de Gentoo. Passez le reste de cette section et continuez avec la section Préparer les disques.

Si votre réseau ne marche toujours pas, continuez avec la section Configuration manuelle du réseau.

Alternative : utilisation PPP

Si vous avez besoin de PPPoE pour vous connecter à Internet, le CD d'installation (n'importe quelle version) contient de quoi vous faciliter la tâche grâce à ppp. Utilisez le script pppoe-setup fourni pour configurer votre connexion. Il vous demandera le nom du périphérique Ethernet connecté à votre modem ADSL, votre nom d'utilisateur et votre mot de passe, les adresses IP de vos serveurs DNS et si vous voulez activer un pare-feu de base ou non.

Exemple de code 2.2 : utilisation de pppo

# pppoe-setup
# pppoe-start

Si cela ne marche pas, vérifiez scrupuleusement que les noms d'utilisateur et mots de passe fournis ont été correctement tapés en regardant dans le fichier /etc/ppp/pap-secrets ou /etc/ppp/chap-secrets et assurez-vous d'utiliser le bon périphérique réseau. Si votre périphérique réseau n'existe pas, vous devez charger les modules réseau appropriés. Dans ce cas, continuez avec la Configuration manuelle du réseau puisque nous y expliquons comment charger les modules réseau nécessaires.

Si tout marche, continuez avec la section Préparer les disques.

Alternative : utilisation de PPTP

Si vous avez besoin du support PPTP, vous pouvez utiliser pptpclient fourni sur le CD d'installation. Mais avant, vous devez vous assurer que votre configuration est correcte. Éditez /etc/ppp/pap-secrets ou /etc/ppp/chap-secrets afin qu'ils contiennent la bonne combinaison nom d'utilisateur/mot de passe :

Exemple de code 2.3 : édition de /etc/ppp/chap-secrets

# nano -w /etc/ppp/chap-secrets

Ensuite, modifiez /etc/ppp/options.pptp si nécessaire :

Exemple de code 2.4 : édition de /etc/ppp/options.pptp

# nano -w /etc/ppp/options.pptp

Une fois cela fait, lancez simplement pptp (avec les options que vous ne pouvez mettre dans options.pptp) pour vous connecter au serveur :

Exemple de code 2.5 : connexion à un serveur PPTP

# pptp <ip du serveur>

Maintenant, continuez avec la section Préparer les disques.

3.c. Configuration manuelle du réseau

Chargement des modules réseau nécessaires

Quand le CD d'installation démarre, il essaie de détecter tous vos périphériques et de charger les modules du noyau (les pilotes) appropriés pour faire marcher votre matériel. Dans la plupart des cas, cela marche très bien. Pourtant, dans certains cas, il peut ne pas charger certains modules dont vous avez besoin.

Si net-setup ou pppoe-setup n'ont pas marché, alors vous pouvez commencer à vous dire que votre carte réseau n'a pas été détectée et que vous devrez charger les modules requis vous-même.

Pour savoir quels modules du noyau nous fournissons pour le réseau, utilisez simplement ls :

Exemple de code 3.1 : à la recherche des modules fournis

# ls /lib/modules/`uname -r`/kernel/drivers/net

Si vous trouvez un pilote pour votre carte réseau, utilisez modprobe pour le charger dans le noyau :

Exemple de code 3.2 : Utilisation de modprobe pour charger un module dans le noyau

(Dans cet exemple, nous chargeons le pilote pcnet32.)
# modprobe pcnet32

Pour vérifier si votre carte réseau est maintenant détectée, utilisez ifconfig. Une carte réseau détectée devrait provoquer ce genre d'affichage (ici encore, eth0 doit être considéré comme un exemple de nom) :

Exemple de code 3.3 : test positif de la présence d'une carte réseau

# ifconfig eth0
eth0      Link encap:Ethernet  HWaddr FE:FD:00:00:00:00
          BROADCAST NOARP MULTICAST  MTU:1500  Metric:1
          RX packets:0 errors:0 dropped:0 overruns:0 frame:0
          TX packets:0 errors:0 dropped:0 overruns:0 carrier:0
          collisions:0 txqueuelen:0
          RX bytes:0 (0.0 b)  TX bytes:0 (0.0 b)

Par contre, si vous obtenez l'erreur suivante, alors la carte réseau n'a pas été détectée :

Exemple de code 3.4 : test négatif de la présence d'une carte réseau

# ifconfig eth0
eth0: error fetching interface information: Device not found

La liste des interfaces réseau disponibles sur votre système peut être lue dans le système de fichiers /sys  :

Exemple de code 3.5 : visualiser la liste des interfaces réseau disponibles

# ls /sys/class/net
dummy0  eth0  lo  sit0  tap0  wlan0

Dans l'exemple présenté ci-dessus, 6 interfaces ont été trouvées. Celle nommée eth0 est probablement l'adaptateur (cablé) tandis que celle nommée wlan0 est l'interface sans fil.

Si votre carte réseau est maintenant détectée, vous pouvez ré-essayer net-setup ou pppoe-setup (ce qui devrait marcher). Pour les curieux, nous allons quand même expliquer comment configurer manuellement votre réseau.

Choisissez parmi les possibilités suivantes :

Utilisation de DHCP

DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol, Protocole Dynamique de Configuration d'un Hôte) sert à automatiser la récupération des informations réseau (adresse IP, masque de réseau, adresse de diffusion, passerelle, serveurs de noms, etc.) Cela ne marche que si vous disposez d'un serveur DHCP déjà configuré et actif dans votre réseau (ce peut être votre serveur ou celui de votre fournisseur d'accès). Pour qu'une interface réseau reçoive automatiquement ces informations, utilisez dhcpcd :

Exemple de code 3.6 : utilisation de dhcpcd

# dhcpcd eth0
Certains administrateurs de réseau imposent l'utilisation des
noms de machine et de domaine attribués par le serveur DHCP.
Dans ce cas, utilisez :
# dhcpcd -HD eth0

Si cela marche (essayez d'envoyer un ping vers un serveur sur Internet, par exemple Google), alors vous êtes prêt à continuer. Sautez le reste de cette section et continuez avec la section Préparer les disques.

Configurer l'accès à un réseau sans fil

Note : seuls les CD d'installation pour x86, amd64 et ppc ont la commande iwconfig. Avec d'autres machines, vous pouvez vous débrouiller en suivant les instructions relatives au projet linux-wlan-ng (en anglais).

Si vous utilisez un réseau sans fil (aussi nommé WiFi ou 802.11), vous devrez sans doute configurer votre carte réseau avant de poursuivre. Pour afficher la configuration de votre carte, utilisez la commande iwconfig. Elle affichera un texte semblable à ceci :

Exemple de code 3.7 : afficher la configuration en cours

# iwconfig eth0
eth0     IEEE 802.11-DS  ESSID:"GentooNode"
         Mode:Managed  Frequency:2.442GHz  Access Point: 00:09:5B:11:CC:F2
         Bit Rate:11Mb/s   Tx-Power=20 dBm   Sensitivity=0/65535
         Retry limit:16   RTS thr:off   Fragment thr:off
         Power Management:off
         Link Quality:25/10  Signal level:-51 dBm  Noise level:-102 dBm
         Rx invalid nwid:5901 Rx invalid crypt:0 Rx invalid frag:0 Tx
         excessive retries:237 Invalid misc:350282 Missed beacon:84

Note : remarquez que certaines cartes ont wlan0 ou ra0 comme nom de périphérique au lieu de eth0. Lancez iwconfig sans paramètre pour connaitre le nom exact du périphérique.

Dans la plupart des cas, seuls deux paramètres doivent être définis : le code ESSID (aussi nommé « wireless network name » ou nom du réseau) et la clef WEP (cryptage). Si le code ESSID et l'adresse de votre point d'accès (« Access Point » ci-dessus) correspondent déjà à la configuration de votre réseau sans fil et que vous n'utilisez pas de clef WEP, alors votre connexion sans fil fonctionne déjà. Si vous devez modifier le code ESSID ou définir une clef WEP, utilisez les commandes suivantes :

Note : si votre réseau sans fil est configuré avec du WPA ou du WPA2, vous devrez utiliser wpa_supplicant. Pour plus d'informations sur la configuration des réseaux sans fil sous Gentoo Linux, référez-vous au chapitre sur les réseaux sans fil du Manuel.

Exemple de code 3.8 : modifier le code ESSID et/ou définir une clef WEP

(Nommer votre réseau « GentooNode ».)
# iwconfig eth0 essid GentooNode

(Définir une clef WEP en hexadécimal.)
# iwconfig eth0 key 1234123412341234abcd

(Définir un clef WEP avec un code ASCII - préfixez-le avec « s: ».)
# iwconfig eth0 key s:le-mot-de-passe

Vous pouvez vérifier vos paramètres en lançant la commande iwconfig. Une fois que votre connexion sans fil est opérationnelle, vous pouvez poursuivre avec la section suivante (Comprendre la terminologie réseau) ou utiliser l'outil net-setup décrit précédemment.

Comprendre la terminologie réseau

Note : si vous connaissez votre adresse IP, votre adresse de diffusion (broadcast), votre masque réseau et vos serveurs de noms, vous pouvez sauter cette sous-section et continuer avec l'Utilisation de ifconfig et route.

Si tout a échoué jusqu'à présent, vous allez devoir configurer votre réseau à la main. Ce n'est pas difficle du tout. Vous devez cependant être familier avec la terminologie réseau afin que vous puissiez configurer votre carte proprement. Quand vous aurez fini cette partie, vous saurez ce qu'est une passerelle, à quoi sert un masque réseau, comment est construite l'adresse de diffusion et pourquoi vous avez besoin de serveurs de noms.

Dans un réseau, les machines sont identifiées par leur adresse IP (« Internet Protocol »). Ces adresses sont une suite de quatre nombres compris entre 0 et 255. Du moins, c'est comme cela qu'on le voit. En réalité, une adresse IP est une suite de 32 bits (des uns ou zéros). Voyons un exemple :

Exemple de code 3.9 : exemple d'adresse IP

Adresse IP (nombres):   192.168.0.2
Adresse IP (bits):      11000000 10101000 00000000 00000010
                        -------- -------- -------- --------
                           192      168       0        2

Une adresse IP est unique dans un réseau donné, c'est-à-dire qu'il n'existe qu'une seule machine avec une certaine IP dans l'ensemble des réseaux connectés et accessibles. Pour faire la distinction entre les machines qui sont dans un réseau particulier et celles qui n'y sont pas, l'adresse IP est divisée en deux parties : la partie réseau et la partie hôte.

La séparation est faite grâce au masque réseau, une suite de 1 suivie d'une suite de 0. La partie de l'adresse IP qui correspond aux 1 est la partie réseau, l'autre est la partie hôte. Le masque réseau est souvent écrit sous la forme d'une adresse IP.

Exemple de code 3.10 : exemple de séparation réseau/hôte

Adresse IP:       192      168      0         2
               11000000 10101000 00000000 00000010
Masque réseau  11111111 11111111 11111111 00000000
                  255      255     255        0
              +--------------------------+--------+
                      Partie Réseau         Hôte

Dans cet exemple, 192.168.0.14 fait toujours partie de notre réseau, mais pas 192.168.1.2.

L'adresse de diffusion (« broadcast ») d'une machine est une adresse IP spéciale qui a la même partie réseau que son adresse IP, avec que des 1 dans la partie hôte. Toutes les machines de votre réseau reçoivent les paquets émis à cette adresse ; elle est utilisée pour diffuser des paquets à tout le réseau.

Exemple de code 3.11 : adresse de diffusion

Adresse IP:               192      168      0         2
                       11000000 10101000 00000000 00000010
Adresse de diffusion:  11000000 10101000 00000000 11111111
                          192      168      0        255
                      +--------------------------+--------+
                                 Réseau             Hôte

Pour pouvoir surfer sur Internet, vous devez savoir quelle machine partage sa connexion Internet. Cette machine est appelée la passerelle. Comme c'est une machine comme une autre, elle a une adresse IP (par exemple 192.168.0.1).

Nous avons dit précédemment que chaque machine avait sa propre adresse IP. Pour pouvoir accéder à une machine grâce à un nom (au lieu d'une adresse IP, plus dure à retenir), vous avez besoin d'un service qui traduit un nom (comme dev.gentoo.org) en une adresse IP (comme 64.5.62.82). Ce service s'appelle service de noms (N.D.T. : ou DNS, pour Service de Noms de Domaine). Pour utiliser ce service, vous avez besoin de définir un ou plusieurs serveurs de noms dans le fichier /etc/resolv.conf.

Dans certains cas, votre passerelle sert aussi de serveur de noms. Sinon, entrez les serveurs de noms de votre fournisseur d'accès.

Pour résumer, vous avez besoin des informations suivantes pour continuer :

Objet Exemple
Votre adresse IP 192.168.0.2
Masque réseau 255.255.255.0
Adresse de diffusion 192.168.0.255
Passerelle 192.168.0.1
Serveur(s) de noms 195.130.130.5, 195.130.130.133

Utilisation de ifconfig et route

La mise en place de votre réseau consiste en trois étapes. D'abord, nous nous assignons une adresse IP avec ifconfig. Ensuite, nous configurons le routage vers la passerelle avec route. Enfin, nous plaçons les adresses des serveurs de noms dans le fichier /etc/resolv.conf.

Pour assigner une adresse IP, vous avez besoin de votre adresse IP, de l'adresse de diffusion et du masque réseau. Ensuite, exécutez la commande suivante, en remplaçant ${IP_ADDR} par votre adresse IP, ${BROADCAST} par votre adresse de diffusion et ${NETMASK} par votre masque réseau :

Exemple de code 3.12 : utilisation de ifconfig

# ifconfig eth0 ${IP_ADDR} broadcast ${BROADCAST} netmask ${NETMASK} up

Maintenant, nous mettons en place le routage avec route. Remplacez ${GATEWAY} par l'adresse de votre passerelle :

Exemple de code 3.13 : utilisation de route

# route add default gw ${GATEWAY}

Ouvrez maintenant le fichier /etc/resolv.conf avec votre éditeur de texte favori (dans notre exemple, nous utilisons nano) :

Exemple de code 3.14 : création du /etc/resolv.conf

# nano -w /etc/resolv.conf

Entrez maintenant vos serveurs de noms de la façon suivante. Remplacez bien les variables ${NAMESERVER1} et ${NAMESERVER2} avec les adresses appropriées :

Exemple de code 3.15 : /etc/resolv.conf

nameserver ${NAMESERVER1}
nameserver ${NAMESERVER2}

Et voilà. Maintenant, testez votre réseau en envoyant un ping vers un serveur Internet (Google par exemple). Si cela marche, toutes nos félicitations ! Vous êtes enfin prêt à installer Gentoo. Poursuivez avec le chapitre Préparer les disques.


[ << ] [ < ] [ Sommaire ] [ > ] [ >> ]


Imprimer

Voir tout

Dernière mise à jour le 1er juin 2014

Résumé : Pour pouvoir télécharger les sources, vous avez besoin d'une connexion Internet ; vous devez la configurer.

Sven Vermeulen
Auteur

Grant Goodyear
Auteur

Roy Marples
Auteur

Daniel Robbins
Auteur

Chris Houser
Auteur

Jerry Alexandratos
Auteur

Seemant Kulleen
Développeur Gentoo x86

Tavis Ormandy
Développeur Gentoo Alpha

Jason Huebel
Développeur Gentoo AMD64

Guy Martin
Développeur Gentoo HPPA

Pieter Van den Abeele
Développeur Gentoo PPC

Joe Kallar
Développeur Gentoo SPARC

John P. Davis
Correcteur

Pierre-Henri Jondot
Correcteur

Eric Stockbridge
Correcteur

Rajiv Manglani
Correcteur

Jungmin Seo
Correcteur

Stoyan Zhekov
Correcteur

livecd-i686-installer-2008.0_beta1.iso Jared Hudson
Correcteur

Colin Morey
Correcteur

Jorge Paulo
Correcteur

Carl Anderson
Correcteur

Jon Portnoy
Correcteur

Zack Gilburd
Correcteur

Jack Morgan
Correcteur

Benny Chuang
Correcteur

Erwin
Correcteur

Joshua Kinard
Correcteur

Tobias Scherbaum
Correcteur

Joshua Saddler
Correcteur

Gerald J. Normandin Jr.
Relecteur

Donnie Berkholz
Relecteur

Ken Nowack
Relecteur

Lars Weiler
Contributeur

Xavier Neys
Correcteur, traducteur

José Fournier
Traducteur

Camille Huot
Traducteur

Benjamin Girault
Traducteur

Olivier Fisette
Traducteur

Olivier Roomans
Traducteur

Vincent Strubel
Traducteur

Donate to support our development efforts.

Copyright 2001-2014 Gentoo Foundation, Inc. Questions, Comments? Contact us.