Gentoo Logo

1.  Installer une archive d'étape

Régler la date et l'heure

Avant de poursuivre, vous devez régler l'heure et la date de votre système. Si l'horloge de votre machine n'est pas à l'heure et surtout à la bonne date, des effets indésirables se produiront.

Pour afficher la date et l'heure, tapez date :

Exemple de code 1.1 : afficher la date et l'heure

# date
Fri Mar 29 16:21:18 CEST 2013

Pour changer la date et l'heure de votre système, utilisez date MMJJhhmmAAAA (Mois, Jour, heure, minute, Année). Vous pourrez définir votre fuseau horaire plus tard. Par exemple, pour le 29 mars 2013 à 16:21, utilisez :

Exemple de code 1.1 : régler la date et l'heure

# date 032916212013

Choisir son archive d'étape

La prochaine étape consiste à installer l'archive d'étape de votre choix sur votre système.

1.  Télécharger l'archive depuis Internet

Allez au point de montage Gentoo sur lequel vous avez monté vos systèmes de fichiers (probablement /mnt/gentoo) :

Exemple de code 1.1 : aller au point de montage Gentoo

# cd /mnt/gentoo

Le tableau ci-dessous précise exactement quelle archive il vous faut pour votre système. Les archives peuvent être téléchargées depuis un miroir officiel Gentoo dans le répertoire experimental/mips/stages.

Endianness Processeur Notation
Big Endian
(Utilisateurs SGI)
R4000
R4400
R4600
mips3
Big Endian
(Utilisateurs SGI)
R5000
RM5200
RM7000
R10000
R12000
R14000
mips4
Little Endian
(Utilisateurs Cobalt)
RM5230
RM5231
mipsel4
Little Endian
(Autres)
Tous les types standards de CPU mipsel1

Attention : bien que nous fournissions des archives de stages pour MIPS1 Little Endian, le support concernant les systèmes MIPS Little Endian est actuellement restreint à la gamme de serveurs Cobalt. Ces archives sont fournies pour ceux qui voudraient expérimenter Gentoo sur du matériel non supporté, auquel cas nous supposons que vous savez bien ce que vous faites.

Si vous devez passer par un serveur mandataire, vous devez définir les variables d'environnement http_proxy et ftp_proxy :

Exemple de code 1.1 : définir un serveur mandataire pour wget

# export http_proxy="http://proxy.server.com:port"
# export ftp_proxy="http://proxy.server.com:port"

L'image d'amorçage réseau Gentoo/MIPS fournit wget pour télécharger des fichiers. À cause des contraintes de place, il est impossible de founir un navigateur plus puissant avec les images d'amorce réseau SGI. Les utilisateurs du LiveCD peuvent utiliser elinks.

Exemple de code 1.1 : télécharger l'archive avec wget

# wget -c http://distfiles.gentoo.org/releases/mips/mips4/stage3-mips4-2007.0.tar.bz2

Vous pouvez utiliser les commandes md5sum ou sha1sum pour vérifier l'intégrité de l'archive que vous venez de télécharger. Pour cela, comparez le résultat affiché par la commande avec la somme de contrôle disponible sur le miroir. Par exemple, pour vérifier l'intégrité du fichier stage pour mips4 :

Exemple de code 1.1 : exemple de calcul de somme de contrôle d'une archive

# md5sum -c stage3-mips4-2008.0.tar.bz2.DIGESTS
stage3-mips4-2008.0.tar.bz2: OK
# sha1sum -c stage3-mips4-2008.0.tar.bz2.DIGESTS
stage3-mips4-2008.0.tar.bz2: OK

Décompresser l'archive d'étape

Ensuite, décompressez l'archive sur votre système. Nous utiliserons l'outil GNU tar, car c'est la méthode la plus aisée.

Exemple de code 1.1 : décompressez l'archive

# tar xjpf stage?-*.tar.bz2

Faites bien attention à utiliser les mêmes options (xjpf). Le x signifie extraire, le j décompresser avec bzip2, le p préserver les permissions et le f veut dire que nous désarchivons un fichier d'archive, pas l'entrée standard.

Maintenant que le « stage » a été décompressé, continuons avec le chapitre Configurer les options de compilation.

1.  Configurer les options de compilation

Introduction

Pour optimiser Gentoo, vous pouvez définir quelques variables qui influencent le comportement de Portage. Toutes ces variables peuvent être définies comme des variables d'environnement (en utilisant export), mais elles ne sont dans ce cas pas permanentes. Pour conserver votre configuration, vous pouvez utiliser /etc/make.conf, un fichier de configuration de Portage. C'est ce fichier que nous allons éditer maintenant.

Note : une liste commentée de toutes les variables de Portage se trouve dans le fichier /mnt/gentoo/etc/make.conf.example. Pour installer Gentoo avec succès, seules celles mentionnées ci-dessous sont indispensables.

Lancez votre éditeur préféré (dans ce guide, nous utiliserons nano, mais vi est aussi fourni) pour modifier les variables d'optimisation décrites ci-dessous.

Exemple de code 1.1 : ouvrir /etc/make.conf

# nano -w /mnt/gentoo/etc/make.conf

Comme vous l'avez sans doute remarqué, le fichier make.conf.example est structuré de manière générique : les lignes de commentaires commencent par un "#", les autres définissent des variables en utilisant la syntaxe VARIABLE="contenu". Le fichier make.conf utilise la même syntaxe. Certaines variables sont décrites ci-dessous.

CFLAGS et CXXFLAGS

Les variables CFLAGS et CXXFLAGS définissent les options d'optimisation pour le compilateur gcc, respectivement en C et C++. Bien que nous les définissions de manière générale ici, vous n'obtiendrez des performances maximales qu'en définissant les optimisations individuellement pour chaque programme. La raison est que chaque programme est différent.

Dans make.conf, vous devriez définir les options d'optimisation qui, selon vous, donneront plus de rapidité à votre système de manière générale. Ne mettez pas d'options expérimentales dans cette variable : trop d'optimisations peut engendrer des comportements anormaux dans certains programmes (plantage ou, pire, fonctionnement défectueux).

Nous n'allons pas expliquer toutes les options d'optimisations possibles. Pour les connaitre toutes, consultez les manuels en ligne GNU ou la page d'info de gcc (info gcc — ne marche que sur un système Linux fonctionnel). Le fichier make.conf lui-même contient de nombreux exemples et renseignements ; n'oubliez pas non plus de le lire.

Un premier paramètre est l'option -march= qui spécifie le nom de l'architecture cible. Les options possibles sont décrites dans le fichier make.conf (en commentaires). Il y a des exemples pour les couches ISA (mips1 ... mips4) et les modèles de processeurs (r4400, r4600 etc). Pour une architecture purement ISA, on peut simplement spécifier -mips3 plutôt que -march=mips3.

Exemple de code 1.1 : les paramètres -march et -mips# de GCC

(Pour un système R4600...)
-march=r4600

(N'importe quel processeur de classe MIPS4...)
-march=mips4

(Ou bien on peut seulement spécifier la couche ISA...)
-mips4

Un deuxième paramètre est l'option -O (la lettre O majuscule) qui spécifie la classe d'optimisation de gcc. Les classes possibles sont s (pour optimiser en taille), 0 (zéro, pour ne pas optimiser), 1, 2, 3 pour plus d'optimisation de la vitesse d'exécution (chacune de ces classes a les mêmes options que celle qui la précède plus quelques autres). -O2 est recommandée par défaut. -O3est connu comme posant des problèmes quand elle s'applique à tout le système ; nous vous recommandons donc de vous en tenir à -O2.

Exemple de code 1.1 : le paramètre O de GCC

-O2

Un paramètre très important pour les MIPS, -mabi=. Les MIPS ont trois ABI différents : 32 (pur 32 bits, idem o32), 64 (pur 64 bits, idem n64) et n32 (un mélange de structures de données 32 bits et d'instructions 64 bits). Ce paramètre définit lequel de ces trois vous voulez utilisez. Veuillez prendre note que vous aurez des bibliothèques correspondantes à l'ABI choisi. En d'autres termes, cela veut dire que vous ne pouvez pas utiliser -mabi=64 dans un environnement 32 bits (ou bien même dans un environnement n32).

Une autre option d'optimisation populaire est -pipe (utilise des tubes plutôt que des fichiers temporaires pour la communication entre les différentes étapes de la compilation).

Veuillez remarquer que l'option -fomit-frame-pointer (qui permet de ne pas garder le pointeur de cadre dans un registre pour les fonctions qui n'en ont pas besoin) peut rendre le dépistage d'erreurs très difficile.

Lorsque vous définissez les variables CFLAGS et CXXFLAGS, vous devez combiner plusieurs options d'optimisation, comme dans l'exemple suivant :

Exemple de code 1.1 : définir les variables CFLAGS et CXXFLAGS

CFLAGS="-mabi=32 -mips4 -pipe -O2"
CXXFLAGS="${CFLAGS}"   # Utilise les mêmes paramètres pour les deux variables

Note : vous souhaiterz peut-être lire le Optimisation de GCC pour plus d'information sur la manière dont les différentes options influent.

MAKEOPTS

Avec MAKEOPTS, vous pouvez définir le nombre de compilations à lancer en parallèle. Une valeur souvent utilisée est le nombre de processeurs (ou de cœurs) dans votre système plus un, mais une autre valeur peut parfois mieux fonctionner.

Exemple de code 1.1 : MAKEOPTS pour un système classique à 1 processeur

MAKEOPTS="-j2"

À vos marques, prêts, partez !

Mettez à jour votre /mnt/gentoo/etc/make.conf comme vous le souhaitez, et sauvez (Ctrl-X avec nano). Vous êtes maintenant prêt à continuer avec (Installer le système de base Gentoo).

Dernière mise à jour le 17 décembre 2013

Résumé : L'installation de Gentoo utilise une archive d'étape 3. Dans ce chapitre, nous montrons comment extraire cette archive et comment configurer Portage.

Donate to support our development efforts.

Copyright 2001-2014 Gentoo Foundation, Inc. Questions, Comments? Contact us.