Gentoo Logo

Guide de configuration d'Openbox

Table des matières :

1.  Introduction

Qu'est-ce qu'Openbox?

Bien ! Vous venez tout juste d'installer le serveur X et vous réalisez que disposer de TWM seul ne va pas vous satisfaire. Vous avez aussi certainement l'expérience d'environnements de bureau assez lourds tels que KDE, GNOME, et Xfce. Un des composants de ces environnement de bureau est appelé gestionnaire de fenêtres ou, pour faire plus court, WM (pour Window Manager en anglais). Un gestionnaire de fenêtres est en charge de donner leur apparence et leur place aux fenêtres dans lesquelles les applications s'exécutent. Openbox est un de ces gestionnaires de fenêtres, minimaliste et sans fioritures.

Pour quelles raisons devriez-vous utiliser Openbox ?

Openbox,contrairement aux autres environnements plus volumineux, dépend d'un nombre limité de bibliothèques. Pour cette raison, il fournit un environnement graphique léger et rapide, même sur des matériels anciens. Que votre matériel soit récent ou ancien, Openbox vous apporte également un environnement de travail très configurable et non envahissant. Ceci signifie qui si vous ne désirez pas ou n'avez pas besoin de tel ou tel panneau, barre de tâches, horloge ou autre programme, c'est à votre entière discrétion !

2.  Installation et configuration

Installation initiale

Après avoir installé et configuré xorg-server, vous pouvez installer Openbox à l'aide d'une simple commande :

Exemple de code 2.1 : installer Openbox

# emerge -av openbox

Tout comme les autres gestionnaires de fenêtres et environnements de bureau, vous devez demander au serveur X de charger Openbox automatiquement en l'ajoutant au script ~/.xinitrc.

Exemple de code 2.2 : ajouter Openbox à votre .xinitrc

$ echo "exec openbox-session" >> ~/.xinitrc

Ceci démarrera votre session Openbox automatiquement quand vous saisirez startx à la console.

Important : comme chaque utilisateur dispose de son propre .xinitrc, vous devez veiller à lancer cette commande sous votre nom d'utilisateur , et non en tant qu'administrateur root.

Note : si vous rencontrez des problèmes avec le montage automatique, ou si vous utilisez dbus et ConsoleKit, vous souhaiterez peut-être placer exec ck-launch-session dbus-launch --sh-syntax --exit-with-session openbox-session dans votre .xinitrc plutôt que ce qui a été mentionné plus haut comme solution par défaut.

Note : vous pouvez aussi remplacer le gestionnaire de fenêtre par défaut ( KDE, GNOME, ou Xfce) par Openbox en suivant les directives de la section Openbox comme partie des environnement de bureau.

Maintenant que vous avez installé Openbox et que vous l'avez ajouté à voter fichier .xinitrc, lancez-vous et saisissez la commande startx pour voir Openbox à l'œuvre. Comme vous pouvez le voir, le bureau n'est qu'une pagaille sans nom ! En continuant avec la philosophie Openbox, vous découvrirez que ce n'est là qu'un squelette à partir duquel vous pourrez fabriquer un environnement de bureau complètement à votre goût.

Comme vous ne voyez rien de plus qu'un écran noir, vous pouvez vous demander où se trouve le menu. Si vous faites un clic sur le bouton de droite, vous apercevrez un menu contextuel à l'endroit de votre pointeur. Il ne s'agit là que d'un exemple pour illustrer le style de menu qu'Openbox fournit. Comme ceci n'est qu'un exemple, aucun des programmes proposés ne fonctionnera, sauf si vous l'avez déjà installé. Dans la section suivante, vous verrez comment créer votre propre menu avec des liens vers vos propres programmes.

Important : si vous cliquez pour voir le menu et que rien n'est lisible, vous devez installer quelques polices de caractères. Les choix les plus courants sont media-fonts/corefonts et media-fonts/ttf-bitstream-vera.

Configuration du menu

Comme le menu par défaut d'Openbox est essentiellement sans intérêt pour vous pour les raisons mentionnées plus haut, il est temps d'en créer un qui vous soit utile. Tout ce qui apparaît dans le menu d'Openbox est inscrit de manière appropriée dans le fichier menu.xml. Ce fichier peut être, selon son emplacement, spécifique à l'utilisateur ou applicable à tous les utilisateurs. Dans le premier cas il s'agit de ~/.config/openbox/menu.xml, dans le deuxième cas de /etc/xdg/openbox/menu.xml. Par défaut, cest l'unique fichier menu.xml applicable à tous les utilisateurs qui est utilisé.

Une manière simple d'obtenir un menu de base que vous pourrez adapter, est de faire appel à la commande menumaker qui génère un fichier menu.xml tenant compte des programmes qui sont installés sur votre système. Pour cela, il vous faut d'abord installer menumaker.

Exemple de code 2.3 : installer MenuMaker

# emerge menumaker

Une fois installé, vérifiez que vous n'êtes pas reconnu en tant qu'administrateur root mais bien en tant qu'utilisateur standard. Vous pouvez alors demander à menumaker de créer un menu pour vous en utilisant la syntaxe XML d'Openbox :

Exemple de code 2.4 : utiliser MenuMaker pour créer un fichier menu.xml de base

$ mmaker -v OpenBox3

Le menu ainsi généré sera ~/.config/openbox/menu.xml. Vous pouvez alors choisir de le conserver comme menu spécifique à votre nom d'utilisateur (menu.xml), ou de le recopier dans l'emplacement réservé au menu applicable à tous les utilisateurs :

Exemple de code 2.5 : écraser le menu applicable par défaut à tous les utilisateurs

# cp .config/openbox/menu.xml /etc/xdg/openbox/menu.xml

Important : c'est une bonne idée d'utiliser menumaker pour générer un menu par défaut car il contiendra les items du menu racine d'Openbox. Ces items comprennent un commutateur de bureaux virtuels et les commande de sortie de session et de redémarrage.

Lorsque vous ouvrez le fichier menu.xml dans votre éditeur favori (nano, par exemple), vous constatez que les balises XML utilisées sont faciles à comprendre. Vous pouvez décider de modifier le fichier par défaut pour l'adapter à vos besoin ou, au contraire, de l'écrire en partant de zéro (ne vous inquiétez pas, c'est réellement facile). La syntaxe pour écrire le fichier menu.xml est la suivante :

Exemple de code 2.6 : éditer le fichier menu.xml

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<openbox_menu>
<separator label="NAME_OF_SEPARATOR" />
<menu id="IDENTIFIER" label="NAME_OF_MENU">
  <item label="NAME_OF_PROGRAM">
    <action name="execute"><execute>/LOCATION/OF/BINARY</execute></action>
  </item>
</menu>
</openbox_menu>

L'exemple ci-dessus fonctionne pour toutes les applications qui démarrent avec des options standards dans leur propre fenêtre. Mais que se passe-t-il si vous voulez ajouter des options au lancement d'un programme ? Ce n'est pas un problème non plus, mais la syntaxe des items du menu est alors légèrement différente.

Exemple de code 2.7 : éditer le fichier menu.xml

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<openbox_menu>
<separator label="NAME_OF_SEPARATOR" />
<menu id="IDENTIFIER" label="NAME_OF_MENU">
  <item label="NAME_OF_PROGRAM">
    <action name="execute"><command>/LOCATION/OF/BINARY --OPTION1 --OPTION2</command></action>
  </item>
</menu>
</openbox_menu>

Remplacez seulement les mots en lettres capitales dans les deux exemples ci-dessus avec vos informations propres. En alternative, vous pouvez installer une interface graphique qui vous permet de personnaliser votre menu sans intervenir directement dans le fichier menu.xml avec la commande emerge obmenu. Il s'agit d'une petite interface qui présente un nombre important de moyens de personnaliser votre menu sans écrire la moindre ligne en XML.

Configuration du thème d'Openbox et de son comportement

En plus d'être minimaliste et léger, Openbox est aussi étonnamment configurable et flexible. En tant qu'utilisateur standard, vous pouvez facilement changer de nombreux réglages concernant le thème, l'apparence, le placement des fenêtres, l'ancrage et plus. Il y a deux manières de le faire. Vous pouvez le faire en éditant directement ~/.config/openbox/rc.xml, ou en faisant appel à une interface graphique.

Si vous voulez éditer rc.xml directement , vous l'ouvrez dans votre éditeur favori et commencez à faire les changements. Par prudence, faites une sauvegarde du fichier original sous un nom/emplacement tel que ~/.config/openbox/rc.xml.default. Il y a des tas de commentaires dans ce document qui vous aiderons lors de l'édition. Si cela ne vous suffit pas, vous pouvez consulter Openbox configuration guide (en anglais).

Si l'édition manuelle de rc.xml n'est pas votre tasse de thé, vous pouvez faire appel à l'application GTK pour gérer les thèmes et comportements d'Openbox. L'application s'appelle obconf et s'installe aussi facilement qu'Openbox elle-même.

Exemple de code 2.8 : installer obconf

# emerge obconf

Vous pouvez ouvrir le configurateur en entrant obconf dans votre terminal. Ensuite, vous pouvez ajouter une entrée pour obconf dans votre fichier menu.xml pour qu'elle apparaisse dans le menu Openbox. Si le code « éditer le fichier menu.xml » vu auparavant reste encore vague pour vous, nous allons utiliser le cas d'obconf comme une illustration de la manière d'ajouter une entrée de menu au menu d'Openbox :

Exemple de code 2.9 : éditer le fichier menu.xml

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8"?>
<openbox_menu>
<menu id="1" label="Configuration">
  <item label="OpenBox Config">
    <action name="execute"><execute>/usr/bin/obconf</execute></action>
  </item>
</menu>
</openbox_menu>

Alors qu'obconf est une interface importante pour modifier beaucoup de réglages relatifs au comportement d'Openbox, elle ne permet pas de manipuler tous les réglages qui sont présents dans le fichier rc.xml lui-même. Si vous rencontrez des difficultés à trouver un réglage particulier que vous aimeriez changer, consultez Openbox Wiki (en anglais) pour plus d'information.

Note : dans les dernières version d'Openbox (nommément >3.4.7.2), on peut constater un retard à l'ouverture du sous-menu. Ce réglage a été introduit dans le fichier rc.xml et est identifié comme <submenuShowDelay>100</submenuShowDelay>. Vous pouvez choisir une valeur plus basse si vous voulez une ouverture plus rapide.

Configuration des programmes à démarrer automatiquement

Comme nous l'avons déjà mentionné, vous ne voyez pas grand-chose lorsque vous exécutez la commande startx pour la première fois après l'installation d'Openbox. En plus de personnaliser vos menus et de changer le comportement du gestionnaire de fenêtres, vous désirerez peut-être que des programmes démarrent automatiquement avec votre session Openbox. Il existe un script autostart.sh facile à éditer qui vous permet justement de le faire. Tout comme pour le fichier menu.xml , il y a deux emplacements pour le script autostart.sh. Un pour l'ensemble des utilisateurs (soit (/etc/xdg/openbox/autostart.sh), et un autre spécifique à l'utilisateur en cours ( soit ~/.config/openbox/autostart.sh).

Dans le script autostart.sh par défaut, vous apercevrez un ensemble de lignes appelant des programmes tels que gnome-setting-daemon, XDG et d'autres. Ces lignes causeront des erreurs au moment de quitter la session s'ils ne sont pas installés et configurés. La chose la plus simple à faire quand vous démarrez avec Openbox et de mettre ces lignes en commentaire en les préfixant par un caractère #.

Exemple de code 2.10 : mettre des lignes en commentaire dans autostart.sh

# Run XDG autostart things. By default don't run anything desktop-specific
# DESKTOP_ENV=""
# if which /usr/lib/openbox/xdg-autostart >/dev/null; then
#  /usr/lib/openbox/xdg-autostart $DESKTOP_ENV
# fi

Dans l'exemple qui précède, le caractère # a été ajouté devant chacune des lignes. La mise en commentaire est préférable à l'effacement pur et simple parce que vous pouvez en avoir besoin ultérieurement.

Ajouter vos propres programmes au script autostart.sh est aussi facile que de saisir le nom d'un programme. Par exemple, si Conky (superviseur système léger) est installé et que vous voulez qu'il démarre automatiquement au lancement de votre session Openbox, ajoutez simplement la ligne suivante à votre script autostart.sh :

Exemple de code 2.11 : ajouter Conky à votre script autostart.sh

conky &

L'esperluette (&) après la commande permet de lancer le programme en arrière-plan. Vous voudrez très probablement que le script autostart.sh lance les applications en arrière-plan parce que, ce faisant, vous permettrez à Openbox et d'autres programmes de se charger sans attendre que le précédent n'en ait terminé.

Configuration de PolKit

De nombreuses applications dépendent de l'infrastructure d'authentification PolKit. Vous pouvez avoir besoin d'un agent PolKit tel que polkit-gnome, qui fonctionne dans votre session Openbox.

Tout d'abord, installez l'agent :

Exemple de code 2.12 : installer PolKit

# emerge polkit-gnome

Configurez maintenant PolKit pour qu'il démarre automatiquement quand vous vous entrez dans votre session Openbox. Ajoutez la ligne suivante à votre fichier ~/.config/openbox/autostart (valable pour l'utilisateur courant) ou à /etc/xdg/openbox/autostart.sh (valable pour tous les utilisateurs):

Exemple de code 2.13 : lancer PolKit automatiquement

sleep 1 && /usr/libexec/polkit-gnome-authentication-agent-1 &

Définition de l'arrière-plan

Des choses que vous pouvez considérer comme acquises dans des environnements de bureau plus conséquents ne sont pas incluses par défaut dans Openbox. La définition de votre arrière plan fait partie de ces choses. Pour pouvoir utiliser une image en tant que papier peint, vous devez installer un programme tel que feh ou nitrogen. feh est un visualisateur d'images simple qui peut aussi mettre votre arrière-plan en place, et qui peut être facilement ajouté à votre script autostart. Après avoir installé feh, utilisez la commande suivante pour définir l'arrière-plan :

Exemple de code 2.14 : utiliser feh pour définir l'image d'arrière-plan

(feh possède bien d'autres options que --bg-scale, 
qui adapte l'image aux dimensions de l'écran.
Consultez la documentation de  feh.)
$ feh --bg-scale /path/to/image.jpg

Dès lors que vous avez défini l'arrière-plan à la main, un fichier nommé .fehbg a été créé dans votre dossier utilisateur. Ce fichier contient la commande que vous venez de saisir dans le terminal, et est mis à jour automatiquement quand vous saisissez une nouvelle commande de définition de l'arrière-plan. À partir de là, pour que l'image soit mise en place automatiquement au démarrage de votre session, vous devez ajouter la ligne suivante à votre script autostart.sh :

Exemple de code 2.15 : utiliser feh pour définir l'image d'arrière-plan

source $HOME/.fehbg &

Si l'idée d'entrer une commande dans un terminal pour définir votre image d'arrière-plan ne vous réjouit pas, vous pouvez utiliser nitrogen en alternative. Ce programme vous permettra de définir un dossier où placer vos images d'arrière-plan, de visualiser des vignettes de ces images, de les ajuster, les étirer ou les placer en tuiles sur votre bureau.

Installer nitrogen et le faire apparaître dans votre menu Openbox nécessitent quelques étapes. Tout d'abord installez-le avec la commande emerge nitrogen. Ensuite, lancer nitrogen après avoir ajouté votre dossier d'images d'arrière-plan :

Exemple de code 2.16 : lancer nitrogen avec votre dossier d'images en place

$ nitrogen /chemin/vers/votre/dossier/images

En troisième lieu, vous pouvez définir votre image d'arrière-plan, mais cette image n'apparaîtra pas après déconnexion. Tout comme avec feh, vous devez rétablir votre arrière-plan en éditant le script autostart.sh pour avoir les lignes suivantes :

Exemple de code 2.17 : rétablir votre arrière-plan avec nitrogen

nitrogen --restore &

Ceci lancera automatiquement nitrogen au démarrage de votre session, ce qui pourra se traduire par un temps légèrement plus long qu'avec feh.

3.  Programmes à utiliser avec Openbox

La liste présentée ci-dessous contient des programmes que vous désirerez peut-être installer dans votre environnement Openbox. Bien qu'elle comprenne un nombre important d'émulateurs de terminal, de gestionnaires de fichiers, de panneaux et autres, elle ne saurait être considérée comme exhaustive. Si, dans une catégorie donnée, vous ne trouvez pas votre bonheur, reportez-vous à la dite catégorie dans Portage pour plus de choix.

Émulateurs de terminal

  • LXterminal est l'émulateur de terminal par défaut pour LXDE. Il est très léger et se base sur VTE. Alors qu'EvilVTE offre beaucoup plus d'options de personnalisation (y compris la gestion de la transparence), LXterminal dispose d'une interface graphique pour quelques unes des options les plus courantes (polices de caractères, couleurs, et cetera).
  • EvilVTE est un émulateur de terminal extrêmement léger basé sur VTE. Il prend en charge les onglets, des encodages multiples, et un fichier de configuration extensible et simple.
  • Mrxvt est un clone multi-onglets de rxvt avec XFT, un arrière-plan transparent et une prise en charge des polices CJK (Chinois, Japonais, Koréen). Il dispose aussi d'une prise en charge de la session dans chacun des onglets.
  • Aterm prend en charge la transparence et est rétro-compatible avec rvxt. Il a été conçu à l'origine pour le gestionnaire de fenêtres AfterStep, mais s'intègre facilement dans d'autres environnements.
  • Eterm est un terminal basé sur vt102 et conçu comme un remplaçant d'xterm avec plus de fonctionnalités .
  • Rxvt-unicode est un clone de rxvt qui prend en charge l'Unicode, les démons, le langage perl incorporé, et des polices de caractères multiples en simultanéité.
  • Terminal est le terminal par défaut de l'environnement de bureau XFCE. Étant basé sur VTE, il réclame quelques bibliothèques XFCE pour fonctionner. Néanmoins, il est encore très rapide, prend en charge la transparence et peut être facilement personnalisé.

Gestionnaires de fichiers

  • PCManFM est le gestionnaire de fichiers léger de LXDE. Il prend en charge la navigation, le glisser-déposer, les vignettes d'images, les marque-pages, la gestion des volumes, la recherche et autres. Il prend également en charge la gestion des arrière-plans et des icônes de bureau (les deux en option)..
  • Thunar est le gestionnaire de fichiers de XFCE. Il possède des fonctionnalités de renommage en groupes, d'actions personnalisables, une infrastructure pour les extensions accompagnée de greffons en option tels que l'édition de balises pour médias. Il dépend de plusieurs bibliothèques XFCE, mais reste néanmoins de taille réduite comparé à d'autres gestionnaires de fichiers comme Nautilus (de GNOME), et Konqueror (de KDE).
  • Nautilus est le très puissant gestionnaire de fichiers de l'environnement de bureau GNOME. Il prend en charge la gestion des volumes, les vignettes d'images, la recherche et quelques aspects de la configuration du système. Comme il dépend de beaucoup des bibliothèques de GNOME pour fonctionner correctement, il peut être considéré comme un peu lourd en comparaison des autres gestionnaires de fichiers.
  • Gentoo (rien à voir avec cette glorieuse distribution de Linux) est un gestionnaire de fichiers à deux panneaux. Il est incroyablement léger, mais est un peu dépourvu des fonctionnalités désormais de premier plan dans les gestionnaires modernes. Il ne devrait être envisagé que pour des matériels anciens, ou si vous désirez une configuration sommaire
  • emelFM2 est un autre gestionnaire de fichiers de la même veine que Midnight Commander. Il possède une fenêtre à deux panneaux. Tout comme le gestionnaire de fichiers Gentoo vu plus haut, il est sommaire et ne possède pas les fonctionnalités de premier plan des nouveaux gestionnaires de fichiers. Néanmoins, il offre des fonctionnalités qui lui sont spéciques telles que une ligne de commande incorporée dans un panneau séparé.

Gestion du bureau

  • Bien que PCManFM soit avant tout un gestionnaire de fichiers, il vous permet également de gérer l'arrière-plan du bureau (à la place de feh ou de nitrogen) et de dessiner des icônes de bureau.
  • iDesk est un programme simple utilisé pour dessiner des icônes. Il prend en charge les polices de caractères anti-crénelage et à ombre portée, les images PNG, le positionnement magnétique sur la grille et le remplacement de l'arrière-plan du bureau.

Panneaux

  • Tint2 englobe un panneau et une barre de tâches simples et légers. Il prend en charge la transparence, une horloge, le glisser-déposer entre bureaux virtuels, une zone de notification et la surveillance de la charge de la batterie. Vous pouvez même ajouter un bouton pour afficher le menu des applications depuis votre gestionnaire de fenêtres.
  • PyPanel est un panneau facile à configurer, écrit en Python et en C. Il gère la transparence, l'ombrage, adaptation de la teinte, la configuration des emplacements et de la disposition, les types de polices de caractères, l'auto-effacement, les lanceurs d'applications, l'horloge et plus encore.
  • LXPanel englobe le panneau et la barre de tâches par défaut de LXDE. Il possède, un lanceur d'applications, un menu, une horloge et configurateur graphique. Il est riche de fonctionnalités tout en restant dépendant d'un nombre limité de paquets, ce qui en fait un choix intéressant pour les systèmes allégés.
  • Xfce4-panel est le panneau par défaut de l'environnement de bureau Xfce. Il prend en charge les lanceurs d'applications, des menus détachables, un gestionnaire de bureaux virtuels, une liste de tâches, une horloge, des applets et plus encore. Il réclame quelques unes des bibliothèques de XFCE dont se passent les autres panneaux.
  • FBpanel est un panneau simple et très léger qui prend en charge les listes de fenêtres, les lanceurs, une horloge et quelques autres attractions. Ce n'est pas le panneau le plus riche de fonctionnalités et il peut être ennuyeux à configurer. Il ne réclame que GTK+ pour fonctionner.

Gestionnaires de bureaux virtuels et zones de notifications système

  • NetWMpager est un gestionnaire de bureaux virtuels obéissant à la spécification EWMH qui s'intègre agréablement dans n'importe quel environnement *box. Il n'est pas envahissant et est plus facile à personnaliser que beaucoup des autres gestionnaires.
  • BBpager est un gestionnaire de bureaux virtuels qui a été écrit à l'origine pour Blackbox, mais qui fonctionne très bien avec Openbox. Il dépend de quelques bibliothèques de Blackbox néanmoins.
  • Docker est une zone de notifications système qui est spécialement adaptée à Openbox. Elle ne dépend pas de bibliothèques externes, et vous donne la possibilité de voir et d'utiliser des icônes pour les applications basées sur GTK et QT prises en charge.
  • Trayer est une zone de notifications système qui dérive du code de FBpanel et est souvent utilisée avec FVWM. Un de ses dividendes est qu'elle prend en charge la transparence.

Gestion des sessions

  • LXsession est le gestionnaire de session allégé de LXDE. Il est conçu pour mémoriser quelles applications fonctionnaient encore à la dernière déconnexion, et pour les rédémarrer automatiquement. Il prend aussi en charge le démon Hall.
  • Xfce4-session est le gestionnaire de session de Xfce. Il est en mesure de sauvegarder plusieurs sessions et fournit des moyens de vous déconnecter, de redémarrer et de suspendre votre ordinateur. Il dépend de nombreuses bibliothèques XFCE.

Outils de configuration

  • ObConf est une interface graphique qui vous permet de personnaliser le gestionnaire de fenêtres Openbox sans éditer le fichier ~/.config/openbox/rc.conf à la main.
  • LXappearance est un configurateur de thèmes et d'icônes basé sur GTK utilisé par LXDE. Il fournit une interface graphique agréable pour définir le thème et les icônes tout en ne dépendant que d'un nombre limité de bibliothèques externes.
  • GTK-ChTheme est une application simple qui permet une commutation facile des thèmes GTK et des polices de caractères. En version actuelle, elle ne permet pas de changer de thème des icônes.
  • GTK-theme-switch est une autre application simple qui vous permet de changer votre thème GTK.

Divers

  • Conky est un outil léger de surveillance du système qui peut afficher plus de 250 objets, y compris la date et l'heure, le taux d'utilisation du processeur, le taux d'utilisation de la mémoire, les courriers IMAP/POP3, l'état des capteurs matériels et même des informations de votre application de lecture audio. Il est très configurable à la fois en apparence et en nature des informations affichées. Pour vous aider, nous mettons à votre disposition le guide Gentoo Linux pour Conky .
  • Leafpad est un éditeur de texte simple. Il est très léger mais inclut des fonctionnalités telles que des options d'encodage des caractères et des possibilités d'annulation/rétablissement sans limite.
  • feh est un visualisateur d'images simple qui se lance depuis le terminal, mais qui dispose de bien d'autres fonctionnalités. Il peut afficher des images en diaporama, créer un index d'impression, zoomer dynamiquement et définir l'arrière-plan du bureau (voir les instructions détaillées plus haut dans cette page).
  • GPicView est un visualisateur d'images graphique. Bien qu'il dépende de plus de bibliothèques que feh, il est incroyablement rapide au chargement et à l'utilisation.
  • SLiM est un gestionnaire de connexion simple qui permet de vous connecter à votre session Openbox via une interface graphique au lieu de la console. Il ne dépend que de très peu de choses, prend en charge de nombreux thèmes mais ne doit pas être utilisé sur des machines qui nécessitent la connexion à distance.

4.  Openbox comme partie d'un environnement de bureau

LXDE

Si le fait d'installer chacun des composants d'un environnement de bureau fonctionnel vous paraît être un niveau de personnalisation un peu exagéré, mais que vous souhaitez malgré tout disposer de la flexibilité d'Openbox, vous pouvez vous orienter vers un environnement de bureau qui utilise Openbox comme gestionnaire de fenêtres par défaut. Cet environnement est l'environnement de bureau léger LXDE. Il est conçu autour d'Openbox pour réclamer encore moins de ressources système que XFCE.

Openbox dans GNOME

Si vous disposez déjà de l'environnement GNOME, vous pouvez aussi vous contenter de remplacer le gestionnaire de fenêtres Metacity par Openbox. Heureusement, c'est un jeu d'enfant ! Lancez votre éditeur favori, ouvrez le fichier ~/.xinitrc, et ajoutez-y la commande suivante :

Exemple de code 4.1 : ajouter une session Openbox-GNOME à votre .xinitrc

exec openbox-gnome-session

Si vous utilisez GDM ou un autre gestionnaire de connexion graphique, vous verrez une option "GNOME/Openbox" nouvelle dans votre menu de sessions. Vous pouvez simplement choisir cette option au lieu d'éditer votre fichier ~/.xinitrc à la main.

Openbox dans KDE

Si vous disposez de KDE et l'appréciez, mais désirez plus de flexibilité pour votre gestion de fenêtres que KWIN n'en offre, vous pouvez utiliser Openbox comme gestionnaire de fenêtres en éditant votre fichier ~/.xinitrc et en remplaçant votre commande exec courante par la suivante :

Exemple de code 4.2 : ajouter une session Openbox-KDE à votre .xinitrc

exec openbox-kde-session

Désormais, quand vous lancez startx vous verrez KDE, mais au lieu de KWin, vous disposerez de la flexibilité du gestionnaire de fenêtres Openbox.

Si vous utilisez KDM ou un autre gestionnaire de connexion, vous verrez une option "KDE/Openbox" nouvelle dans votre menu de sessions. Vous pouvez simplement choisir cette option au lieu d'éditer votre fichier ~/.xinitrc à la main.

Note : cette méthode d'utilisaion d'Openbox dans KDE a été testée avec les versions KDE 3.x. Bien qu'il paraisse hautement probable qu'elle fonctionnera avec les versions KDE 4.x, cela n'a pas encore fait l'objet de tests approfondis.

Openbox dans Xfce

Si vous disposez de Xfce4 et que vous voulez remplacer xfwm4 par Openbox, vous devrez procéder d'une manière un peu différente de celle utilisée avec KDE ou GNOME. Tout d'abord, vous devez démarrer votre session Xfce normalement, et ouvrir un terminal. Depuis le terminal, lancez la commande suivante :

Exemple de code 4.3 : tuer xfwm4 et le remplacer par Openbox

$ killall xfwm4 ; openbox & exit

Ensuite, vous devrez vous déconnecter de votre session Xfce et vous assurez de cocher la case qui propose "Sauvegarder la session pour des connexions futures." Ceci maintiendra Openbox en tant que gestionnaire de fenêtres par défaut. En troisième lieu, vous noterz que vous ne pouvez pas vous déconnecter proprement en utilisant l'entrée de menu par défaut. Pour régler ce problème, ouvrez votre fichier menu.xml, et repérez cette ligne :

Exemple de code 4.4 : repérer l'action de déconnexion dans menu.xml

<item label="Exit">
     <action name="Exit"/>
</item>

Remplacez cette ligne par :

Exemple de code 4.5 : remplacer l'action de déconnexion dans menu.xml

<item label="Exit">
  <action name="Execute">
    <command>xfce4-session-logout</command>
  </action>
</item>

Note : avec Xfce4, le menu racine procuré par Xfdesktop sera utilisé au lieu du menu racine d'Openbox.

5.  Documentation pous approfondir

Ressources externes

Alors que ce document vous guide dans l'installation initiale et la personnalisation d'Openbox, ce n'est, en aucune manière, la seule documentation sur le sujet. Il existe plusieurs autres ressources susceptibles de vous aider dans la création d'un Openbox parfaitement adapté à votre besoin. En voici quelques-unes :

  • Sur le site officiel d'Openbox (The Official Openbox website) vous trouverez des informations plus détaillées sur l'application des thèmes, la création de menus (y compris les menus enchaînés), les scripts de démarrage et beaucoup plus encore. Ce site présente aussi des informations sur les versions, les mises à jour, et sur comment participer au développement.
  • Le blog guide d'Ururama sur Openbox (Urukrama's Guide to Openbox) contient une multitude d'informations sur la manière de commuter les thèmes, de mettre en place des raccourcis clavier et des effets de bureau, ainsi que d'autres programmes à utiliser en conjonction avec Openbox. Bien que ce tutoriel ait été écrit à l'origine pour Ubuntu, tout est applicable à Gentoo (et à d'autres distributions Linux sur ce sujet).
  • Box-Look met à votre disposition nombre de thèmes, icônes, papiers-peints, polices de caractères et outils à utiliser avec Openbox (et tout autant avec d'autres gestionnaires de fenêtres tels que Fluxbox, Blackbox, PekWM, etc.)


Imprimer

Dernière mise à jour le 27 juillet 2013

La version originale de cette traduction n'est plus maintenue

Résumé : Ce document vous guidera tout au long de l'installation du gestionnaire de fenêtres Openbox, et vous indiquera un grand nombre de programmes utilisables avec lui.

Nathan Zachary
Auteur

Joshua Saddler
Auteur

José Fournier
Traducteur

Donate to support our development efforts.

Copyright 2001-2014 Gentoo Foundation, Inc. Questions, Comments? Contact us.